Mise à jour le

Les fêtes juives
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon
www.milah.fr

Le repas lacté du jour de Chavouoth

Nous avons l’usage, le premier jour de Chavouoth, de consommer des plats à base de produits lactés.
Le problème est de pouvoir concilier cette coutume avec l’obligation de consommer de la viande, tout comme Chabbath, au titre de la "joie des jours de fête"
Dans la pratique, comment procède-t-on?
L’usage le plus répandu est le suivant : on fait kiddouch puis l’on consomme du gâteau ou des produits "mézonoth" (pâte pétrie avec des jus de fruits, qui n'a pas le statut de pain), au moins 30 grammes, avec des produits lactés comme du lait, du fromage blanc ou du beurre. Il faudra veiller à ne pas consommer de fromages durs qui nécessitent un intervalle d’attente de plusieurs heures avant de consommer de la viande.
A l’issue de ce repas, on dira les bénédictions finales de "Al hami’hya" et de "Boré néfachoth". Si l'on a bu du vin ou du jus de raisin, notamment celui qui a fait kiddouch, on mentionnera dans la bénédiction finale "Al haguéfène".
Certains ont toutefois l'usage de faire ce repas lacté comme un repas de fête et le font avec "motsi" sur deux ’halloth. Ils feront alors le Birkat Hamazone en bénédiction finale, avant de commencer le repas de viande.
Puis l’on attendra une heure pour prendre le repas du jour de fête, qui commencera par la bénédiction du "motsi" sur deux ’halloth, le kiddouch ayant déjà été dit. On peut cependant commencer ce repas plus tôt, avec des salades ou poissons, et ne consommer la viande qu'une heure après avoir terminé les mets lactés.
Le Chnei Lou'hot Habrit insiste sur la nécessaire séparation entre les plats lactés et les plats carnés, en évoquant le verset: "Les prémices de la récolte de ta terre tu apporteras dans la maison de l'Eternel ton D.ieu, tu ne cuiras pas l'agneau dans le lait de sa mère". (Exode 23, 19)
La Torah qui nous ordonne la fête de Chavouoth nous ordonne dans le même verset de ne pas mélanger lait et viande.

Aharon
www.milah.fr