Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Le Juste décide et D.ieu accomplit

Le Rav Israël Abouhasseira, "Baba Salei" alors qu'il était encore au Maroc menait sa communauté avec vigueur.
Il avait l'habitude de visiter les communautés éloignées, pour renforcer les juifs dans les chemins de D.ieu, être à l'écoute de leurs problèmes et leur montrer que leur éloignement ne l'empêche pas d'être proches d'eux.
C'est ainsi qu'il arriva une fois dans une de ces communautés des fins fonds du Maroc.
Dès l'annonce de son arrivée, la foule se massa à l'entrée de la ville pour l'accueillir, et au premier rang, Rabbins et notables.
Le Rav leur adressa longuement la parole, puis avant même de se rendre dans la maison qui lui avait été préparée, il demanda à voir le Mikvéh.
Très embarrassé, le Chef de la communauté expliqua que le Mikvéh était hors d'état de fonctionner depuis plusieurs années. Il n'avait pas plu depuis fort longtemps, et l'eau était putride, le bâtiment à l'abandon menaçait de s'écrouler et déjà une partie du toit s'était effondrée dans le bassin. Compte tenu de tout ça, il était impensable que le Rav puisse visiter les lieux!
Et comment faites-vous pour les personnes qui ont besoin de fréquenter le Mikvéh? Demanda le Rav.
Les femmes ont pris l'habitude de se rendre à la ville voisine, lui fut il répondu par le notable, appuyé par un hochement de tête de toute l'assistance.
Malgré tout, je veux aller voir, et avec l'aide de D.ieu nous allons remettre le Mikvéh en état de marche.
Rien ne put arrêter le Rav, et toute la procession prit le chemin du Mikvéh. Une dernière tentative fut faite à l'entrée de la cabane,: mais ni la mauvaise odeur, ni la menace des animaux qui avaient pris possession des lieux, ni le risque d'éboulement ne vinrent à bout de sa détermination.
On lui ouvrit la porte, et il s'approcha du bassin, remonta sa robe, descendit quelques marches … et demanda un seau pour commencer à vider les eaux sales.
On lui proposa de faire venir des ouvriers pour lui épargner une tâche aussi répugnante, mais rien n'y fit. Et c'est ainsi que le Rav et les notables de la ville firent une chaîne pour remplir les seaux et les vider…
Puis on nettoya les lieux, consolida les poutres, et le Rav sortit de la maison.
Mais comment allons nous remplir le Mikvéh maintenant? Il n'a pas plu depuis des années!
Baba Salei se tourna vers le ciel.
"Maître du monde, nous avons fait ce que nous pouvons faire, fais maintenant ce qu'il Te reste à faire!"
Des nuages épais se formèrent, une pluie drue commença à tomber. Les habitants partirent se réfugier dans les maisons, tandis que le Rav restait à contempler les eaux qui commençaient à remplir le Mikvéh.
Une fois l'orage terminé, le bassin était rempli. Les juifs revinrent, la bouche emplie de louanges à D.ieu pour ces pluies inattendues en plein été, et le cœur empli de vénération devant le miracle que le Rav avait opéré pour eux.
Le Rav restait songeur. Il se tourna vers les Sages de la ville, et leur fit remarquer que les eaux étaient passées par une conduite métallique.
"Il me semble que selon le Beit Yehouda, Rabbi Yehouda Aïche, ce Mikvéh n'est pas cachère. Ce grand décisionnaire invalide l'usage de conduite en métal. Il faut donc changer cette conduite."
Les personnes présentes comprirent qu'il faudrait vider à nouveau le Mikvéh et après réparation attendre … les prochaines pluies. Ils s'efforcèrent de convaincre le Rav que l'avis du Beit Yehouda était seul contre d'autres plus nombreux qui ne voyaient pas d'objection à l'usage de canalisations en métal, que nul ne savait quand les prochaines pluies tomberaient, etc…
Mais le Rav resta ferme, et déclara qu'il ne voulait en aucun cas prendre le risque de permettre une installation qu'un avis même unique rendait inacceptable.
On vida à nouveau le bassin, on remplaça les tuyaux de métal par des conduites taillées dans des troncs d'arbre. Le visage du Rav resplendissait.
Il se tourna vers le ciel."Rabbénou, notre Maître le Beit Yehouda, nous avons suivi ton avis et invalidé un Mikvéh pour en construire un conforme à tes décisions. Il te revient de prier le Créateur du monde pour qu'il nous envoie la pluie et que le Peuple d'Israël ne vive pas dans le péché."
Et les pluies se mirent à tomber…

Traduit de "Baba Saléi", de Rav Eliahou Elfassy