Mise à jour

Les fêtes juives
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon
www.milah.fr

Bnéi Issakhar

Le Rav Tsvi Elimelekh de Dinov l'auteur du "Bnéi Issakhar" était le petit-fils de la sœur de Rabbi Elimelekh de Lizinsk, le "Noam Elimelekh".
Lorsque sa mère était enceinte, elle vint voir son saint oncle, pour lui demander de la conseiller sur le nom de l'enfant à naître.
Rabbi Elimelekh lui répondit: "Tu auras un garçon, et tu l'appelleras "Elimelekh".
La jeune maman prit peur. Elle crut y voir un signe de la proche disparition de son saint oncle, car sinon pourquoi aurait-il demandé que l'enfant porte son nom? Rabbi Elimelekh la rassura.
"Si c'est ainsi, appelle le Tsvi Elimelekh".
Ainsi naquit peu de temps après Tsvi Elimelekh. A vrai dire, Rabbi Elimelekh n'était satisfait.
"Si tu l'avais appelé de mon nom, il aurait eu toutes mes qualités. Comme ça, il sera à moitié comme moi".
L'enfant grandit, tant en âge qu'en progrès dans l'étude de la Torah et acquit vite la réputation d'être un génie. Il devint un Saint, que des milliers de personnes venaient consulter de loin. Il rédigea de nombreux ouvrages de Torah, dont le fameux "Bnéi Issakhar" sur les fêtes.
Encore jeune, il se trouvait une fois chez son Maître, le Saint "Voyant" de Lublin. Durant tout le chemin, il s'était questionné: "pourquoi ai-je une telle perception de la fête de 'Hannoucah? Cela ne peut pas être dû à des ancêtres Hasmonéens, puisqu'ils étaient Cohen et je ne suis pas Cohen. D'où me vient donc ce sentiment d'élévation particulière que j'ai durant 'Hannoucah?"
Il se résolut à poser la question à son Maître lorsqu'il arriverait à Lublin. Il aurait sans aucun doute une réponse claire.
Une fois chez le "Voyant", avant même qu'il ait ouvert la bouche, le "Voyant" lui déclara:
"Sache que ton âme tire son origine de la tribu de Issakhar. Si tu ressens un supplément de sainteté lorsque 'Hannoucah arrive, c'est parce tu faisais partie des tribunaux érigés par les 'Hasmonéens, car les membres de cette tribu étaient connus pour leur érudition".
C'est la raison pour laquelle Rabbi Tsvi Elimelekh nomma son livre sur les fêtes "Bnéi Issakhar".

Aharon
www.milah.fr