Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Un miracle de 'Hannoucah en Australie

Ils avaient quitté l'Europe bien avant la Première Guerre Mondiale, pour trouver un havre de sécurité en Australie. Comme tant d'autres, ils avaient tout fait pour s'adapter et adopter la vie et le développement social de leurs nouveaux concitoyens. Ils avaient choisi de vivre aux confins de la zone habitée, et défricher cette partie de terres arides et désertes de la grande Australie.
Leur travail porta ses fruits, et au terme d'années vécues dans le rude labeur et la pauvreté, ils avaient pu enfin atteindre un niveau de vie enviable.
Mais à quel prix! Eloignés de toute vie juive, leur attachement à la Torah et à la pratique des Mitsvot avait pris du plomb dans l'aile. Si les parents gardaient encore quelques-unes unes des valeurs de base du judaïsme, les enfants eux avaient grandi en Australiens typiques.
Jack était le plus jeune de la famille. C'est vrai que lors de sa circoncision on lui avait donné le nom de Yaacov, mais le temps et la société alentour avaient fait de lui un "Jack". Ses dons lui avaient permis de terminer ses études générales dans l'école de la région, et même de poursuivre des études supérieures, mais il avait choisi au final de poursuivre le mode de vie de ses parents et les aider dans l'exploitation familiale, ce qu'il fit avec brio.
Vint le mariage avec Dinah, Sorry, Diana, comme elle se faisait appeler, dont l'histoire familiale était en tout point semblable.
Le jeune couple, après un passage en ville où il put garder contact avec la communauté juive, partit lui aussi s'établir dans un coin perdu aux fins fonds de l'Etat de Victoria, pour y élever des moutons. Une page s'était tournée sur leurs vestiges de vie juive.

C'est un soir de Kislev que l'événement se produisit.
En feuilletant au coin du feu l'hebdomadaire local qui était leur seul lien avec le "grand monde", Dinah découvrit un article qui contait à l'Australien moyen les coutumes diverses, et parlait entre autres de cette fête des Juifs qu'est 'Hannoucah, qui commençait ce soir là. De toute la somme d'informations sur l'actualité de la semaine, seul cet article la frappa. Elle en parla à Jack, et tous deux évoquèrent diverses coutumes liées à la fête: bougies, beignets, toupies, la chaleur de la maison des parents, les souvenirs d'Europe…
Elle ne put s'en détacher, et se retourna plusieurs fois dans son lit cette nuit là, avant de se lever à minuit pour "faire quelque chose": elle alluma une bougie sur le seuil de la fenêtre dans sa cuisine, et retourna se coucher avec le sentiment qu'il venait de se passer quelque chose dans sa vie.
Une heure plus tard, ce fut Jack, qui se réveilla, troublé par le souvenir des fêtes de 'Hannoucah d'autrefois. Il se dirigea vers la cuisine, et fut frappé de voir que sa femme avait vécu comme lui le souvenir de la fête et était passée à l'acte. Il alluma une bougie à côté de la sienne, puis retourna se coucher tranquille et heureux d'être en phase avec sa femme.
Leur repos fut de courte durée.
Cette nuit là s'abattit sur Victoria un orage comme il en arrive parfois dans la région. Les fermes des basses terres furent inondées, les routes coupées, les pylônes électriques arrachés par le vent. C'est le bruit de la pluie battant sur le toit et de la tempête terrible qui les éveilla cette fois. Ils avaient déjà les pieds dans l'eau, et savaient que ce ne s'arrêterait pas là!
Jack courut à la fenêtre, pour crier au secours. Peine perdue, l'orage couvrait sa voix, si tant est que quelqu'un se soit trouvé là.
A des kilomètres de là, les secours s'étaient mis en route, et cherchaient au travers de routes et chemins noyés par les eaux – et dans une obscurité complète - les quelques fermes isolées dans les basses terres.
Jack et Dinah savaient que sans l'électricité les sauveteurs ne pourraient les repérer, et se faisaient bien du souci.
C'est un des sauveteurs qui aperçut les bougies. Deux petites flammes dansant dans la nuit, de loin, mais cela suffisait pour donner l'alerte et guider la barque vers la ferme de Jack. Quelle ne fut pas la surprise des sauveteurs lorsqu'ils se rendirent compte que c'était deux petites bougies qu'ils avaient aperçues de si loin.
Jack et Dinah étaient au désespoir complet lorsque les secours arrivèrent à la ferme. Et furent frappés de stupeur lorsqu'il apprirent que c'est la lumière de leurs deux petites bougies qui les avaient sauvés.
Les circonstances de leur sauvetage par les bougies de 'Hannoucah firent les titres de la presse locale, mais surtout amenèrent un changement radical dans leur position vis à vis de la religion.
Ils allaient bientôt redevenir Yaacov et Dinah.

Traduit de Si'hat Hachavoua n° 1092, 'Hannoucah 5768.
http://www.chabad.org.il/Magazines/Article.asp?ArticleID=4489&CategoryID=1105
++++
J'ai eu l'occasion de raconter de raconter cette histoire à de jeunes australiens ce 'Hannoucah 5768. Ils m'ont confirmé connaître cette histoire et la trajectoire ultérieure de la famille en question.
Dans un contexte d'obscurité – l'exil – et où les eaux montent – les idéologies diverses qui éloignent un juif de ses racines, cette histoire vient nous signifier l'importance de baliser quelques repères, des valeurs juives, qui servent de guide pour maintenir l'âme juive dans le chemin de la Torah et des Mitsvot.