Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Hannoucah dans la maison du prêtre

Equipé d'une 'hanoukiah, de bougies et d'un plateau de beignets, le Rav frappa à la porte de la maison du prêtre.
La porte s'ouvrit, et il fut accueilli par des dizaines de paires d'yeux étonnés.
"Nous sommes en réunion, mais je vous en prie, rentrez!" dit le prêtre, un tant soit peu étonné de cette visite inattendue.
Tout avait commencé il y a une dizaine d'années, lorsque le Rav Méïr Holzberg est arrivé à Bila Tserkva en Ukraine. Il ne faisait pas bon d'être étranger, et juif de surcroit, et le Rav avait reçu le conseil de recourir à un garde privé pour le protéger et garder sa maison la nuit.
Il avait finalement réussi à trouver: Victor Siminiouk, de taille imposante faisait tout à fait l'affaire. Sauf qu'au lieu de veiller la nuit dans la guérite à l'entrée du jardin, Victor passait ses nuits à discuter théologie avec le jeune rabbin. Et chaque réponse entrainait une foule de questions, que Victor posait avec intérêt et perspicacité.
Il voulait comprendre la signification de cette vie juive qu'il découvrait, et la confronter avec ce qu'il savait de ses origines non juives.
Le rabbin découvrit ainsi que sous des apparences de brute et de rustre, son garde du corps était doué d'une profonde intelligence. Et ils passèrent ainsi de longues heures à discuter.

Au bout de quelques temps, Victor prit la décision de devenir juif, et sans attendre une conversion formelle, se mit à porter une kippah.
Mais Victor avait un défaut: un caractère querelleur.
Il excellait à sortir dans la rue, accrocher un passant sous n'importe quel prétexte, et en arriver à discuter religion. En quelques instants il avait mis en pièces la religion chrétienne, avec des arguments que sa carrure imposante ne permettait pas de discuter.

Victor était aussi un colleur d'affiches. Il tournait beaucoup dans la région, et notamment à Skvyra (Skver) une ville proche.
C'est ainsi qu'il rencontra un jour dans la rue le prêtre de Skvyra. Il cessa de s'occuper de ses affiches pour le provoquer sur son terrain favori: la supériorité de la religion juive. Il décocha toute une série de piques bien aiguisées, mais fut arrêté par le prêtre: "moi aussi je suis juif!"
"Qu'est-ce que tu racontes?"
"Ma mère était juive!"
Les affiches ne furent pas collées ce jour-là.
Victor s'empressa de retourner chez le rabbin, pour lui faire part de cette stupéfiante nouvelle.
Quelques jours plus tard, c'était 'Hannoucah.
Le troisième soir, le Rav Holzberg décida qu'il fallait aller visiter le curé de Skvyra.
Ce ne fut pas une entreprise facile, entre la boue et les monceaux de neige, La voiture s'immobilisa, et il fut obligé de traverser la ville la neige jusqu'aux genoux pour arriver jusqu'à la maison du prêtre.

Le Rav Holzberg venait donc d'entrer dans la maison du prêtre, sous les regards de dizaines de fidèles réunis chez lui.
Il ne se démonta pas, et lui proposa d'allumer les bougies de 'Hannoucah. A sa grande surprise, le prêtre accepta immédiatement. Il mit une kippah sur la tête, répéta les bénédictions et alluma. Il invita même l'assemblée à se joindre à lui pour chanter "hanerot halalou…"
Tous écoutèrent ensuite le rabbin expliquer le miracle de 'Hannoucah et la Mitsvah de "publier" le caractère miraculeux des évènements.
Le prêtre ne quittait pas le rabbin des yeux, buvant ses paroles avec une émotion non contenue. Lorsqu'il eut fini de parler, il le pria de s'asseoir.
Ils entonnèrent divers chants juifs traditionnels, puis discutèrent longuement. Le prêtre en demandait et en redemandait encore.
Lorsqu'ils se quittèrent, le Rav Holzberg proposa au prêtre de venir fêter avec lui le seder lorsque Pessa'h arriverait, ce qu'il accepta avec émotion.
Le soir du Seder, le prêtre était là, un panier d'œufs à la main. (Référence à une coutume locale??)
Là encore, le prêtre dégusta les paroles de Torah et les explications du Rav. Il parcourut longuement la haggadah traduite qu'on lui avait donnée. Durant le repas, il raconta qu'il n'avait pas dormi de la nuit, tant il était excité de participer à un seder.

Le changement dans sa vie fut radical. Il abandonna sa charge, découragea tous ses admirateurs qui voyaient en lui un "Maître" et venaient chercher chez lui des conseils.
Il s'attacha à son judaïsme, malgré toutes les difficultés et les embuches que son entourage lui opposait, et ses progrès furent très rapides.
Le rabbin était quant à lui admiratif de cet homme qui avait abandonné une carrière prometteuse, les honneurs, le pouvoir, la célébrité, pour devenir un juif anonyme.
Il devint élève du rabbin, apprit le 'Houmach, la Halakhah, se mit à la pratique des Mitsvoth, mise quotidienne des tefilin, jusqu'à arriver à faire sa Brit Milah. Il était maintenant Avraham.
L'année suivante, pour la troisième bougie de 'Hannoucah, le Rav Holzberg revint chez Avraham, qui vivait maintenant ouvertement comme un juif.
Tous deux s'attardèrent à contempler les bougies et méditer sur le message éternel qu'elles véhiculent: cette flamme est la flamme de l'âme juive, celle qui ne peut jamais être éteinte.

Traduit de Si'hat Hachavoua N° 1564, 5777
Traduit par Aharon - www.milah.fr