Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Lag BaOmer à Méron - 1489

Le pèlerinage de Lag BaOmer à Méron, sur la tombe de Rabbi Chimon Bar Yo'haï et de son fils Rabbi Eléazar est une ancienne coutume. Etudes prières, allumage de bougies, de torches ou de grands bûchers, danses et grandes manifestations de joie. On a également l'usage d'y pratiquer la première coupe des cheveux des garçons vers l'âge de trois ans.
Les textes de l'époque talmudique citent des élèves du Maître qui allaient régulièrement pèleriner sur la tombe de Rabbi Chimon, l'auteur du Zohar: Rabbi Abba, Rabbi 'Hyiah. Est également mentionné une visite de Eliahou Hanavi avec Rabbi Yéchoua ben Lévi, venus résoudre auprès du Maître une citation de lui sur une épineuse question talmudique.
Plus récent (?), en 5249 – 1489, c'est Rabbi Obadiah de Bartenora, commentateur de la Michnah et grand voyageur, qui relate dans une lettre la coutume du pèlerinage.
"Le 18 Iyar, jour de sa disparition, on vient de tous les environs pour allumer de grandes torches, en plus des bougies qui y brûlent perpétuellement. De nombreuses femmes stériles ont conçu et de nombreux malades ont guéri par le mérite des dons et des engagements pris sur ce lieu."
Par la suite, c'est l'installation de l'école kabbalistique à Tsfat, autour de Rabbi Its'hak Louria, le Ari-zal, qui a donné un grand essor au pèlerinage. En 5330 – 1570, son disciple, Rabbi 'Haïm Vital écrit dans le "Sefer Hakavanot":
"C'est une coutume ancienne de se rendre le jour de Lag BaOmer sur les tombeaux de Rabbi Chimon Bar Yo'haï et de Rabbi Eléazar son fils qui sont enterrés dans la ville de Méron. On y reste pour prier, étudier, fêter et festoyer.
Je me souviens avoir vu mon Maître s'y rendre avec toute sa famille et ses élèves. Il y est resté trois jours, la première fois qu'il avait quitté l'Egypte.
L'érudit Rabbi Yonathan Sagués m'a raconté que l'année précédante, avant même que je ne vienne étudier chez le Maître, il y était venu avec son jeune fils et toute la famille, et lui avait coupé les cheveux, selon l'usage connu, et avait ensuite fait une grande fête très joyeuse.
Le Sage Rabbi Avraham HaLévy m'a raconté que cette même année il s'était rendu à Méron, sur la tombe de Rabbi Chimon, et y avait prié, selon son habitude en incluant des demandes de consolation pour la perte de Jérusalem et du Saint Temple. Rabbi Its'hak Louria l'avait alors réprimandé, en disant que Rabbi Chimon lui avait demandé de le faire, car il ne fallait pas mentionner de deuil en ce jour qui est la fête de Rabbi Chimon Bar Yo'haï!
(…) Et je mentionne tout ceci pour montrer qu'il y a une base à ce pèlerinage."
Ce texte de Rabbi 'Haïm Vital nous apprend donc que déjà à son époque, 1570, la visite à Méron était considérée comme une coutume ancienne, que l'usage était d'y venir en famille, d'y camper pendant plusieurs jours, de manger et dormir sur place, avec de grandes manifestations de joie, d'y pratiquer joyeusement la première coupe de cheveux des garçonnets.
Rabbi Moché Cordovero, élève de Rabbi Chlomoh Alkabets, écrit ainsi:
"En 5308 (1548), nous sommes venus pèleriner sur les tombes de Rabbi Chimon Bar Yo'haï et de son fils Rabbi Eléazar. J'ai prié là bas du fond de mon cœur, puis mon Maître s'est levé et à commencer à commenter….".
Un voyageur venu de Candie témoigne de ces pèlerinages dans une lettre de 5233 (1473).