Compte du Omer -- Alliance

Baroukh Ata Ado-naï Elo-hènou Melekh haolam acher kiddechanou bemitsvotav vetsivanou al Séfirat HaOmer
Bénis sois-tu, Eternel notre D..., Roi de l'univers, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné de compter le Omer.

soir

Hayom Chiva Assar yamim ché-hem chnéi chavouot ouchlochah yamim laOmer.
Aujourd'hui dix-sept jours qui font deux semaines et trois jours du Omer.

  Hara'hamane hou ya'hazir lanou avodat Beth Hamikdache limékoma biméhéra béyaménou. Amen Sélah.
Que le Miséricordieux nous ramène le service du Temple en sa place, très prochainement. Amen Sélah.
Hayom Yom: 2 Iyar Dix septième jour de l'Omer
Mon grand-père (le Rabbi Maharach) naquit à cette date, en 5593 (1833).
Alors qu'il était âgé de sept ans, le Tséma'h Tsédek (son père) contrôla une fois ses connaissances. Mon grand-père (le Rabbi Maharach) répondit si bien que son professeur en fut émerveillé. Celui-ci ne put se contenir et dit au Tséma'h Tsédek:
"Ah! Qu'en dites-vous? N'a-t-il pas parfaitement répondu?"
Le Tséma'h Tsédek dit alors:
"Quoi d'étonnant à ce que Tiferet CheBetiferet (le compte de l'Omer d'aujourd'hui) réponde bien?".
(Les sept semaines de l'Omer correspondent aux sept émotions de l'âme juive. En chacune d'elles sont incluses toutes les autres à la fois, chacun des quarante neuf jours révélant l'une de ces combinaisons. Celle du 2 Iyar est "l'harmonie de l'harmonie", un niveau spirituel particulièrement élevé.)

 

SEMAINE 3 - 3ème JOUR
Tiféret de Tiféret
La Compassion dans la Compassion
Examinez la dimension de compassion au sein même de la compassion; l'expression de la compassion et son intensité.
La véritable compassion ne connaît pas de limites. Ce n'est pas un prolongement de nos besoins personnels - lui-même circonscrit par notre perspective limitée.
La compassion envers autrui exige dévouement et désintéressement, afin de se mettre à la place de l'autre et d'envisager la situation de son point de vue.
Suis-je en mesure de le faire? Sinon, pour quelle raison? Est-ce que je parviens à exprimer la compassion et la sympathie que je ressens et à les mettre à contribution? Qu'est-ce qui m'empêche de le faire? Un quelconque blocage?
Ma compassion est-elle charitable ou intéressée? Découle-t-elle d'un sentiment de culpabilité plutôt que d'une sincère empathie? En est-elle altérée?
Interrogez-vous afin de voir si vous êtes capable d'exprimer de la compassion au-delà de tout sentiment de culpabilité. Ma compassion provient-elle d'un sens du devoir ou est-elle plutôt superficielle? D'un autre côté: ma compassion est-elle enthousiaste, emplie de vitalité ou exprimée simplement par obligation? ta Ma compassion est-elle le fruit de l'habitude? Est-elle due au malaise que je ressens à voir autrui souffrir, ou au contraire est-ce que je m'efforce de l'ennoblir, en identifiant mes limites en ce domaine et en réfléchissant à ses diverses formes d'expression?
Exercice du jour :
Exprimez votre compassion d'une façon nouvelle, en dépassant vos limites personnelles: faites-le envers une personne que vous avez traitée sévèrement.

Guide Spirituel par le Rav Simon Jacobson
Projet réalisé grâce à la fondation Matanel