Compte du Omer -- Alliance

Baroukh Ata Ado-naï Elo-hènou Melekh haolam acher kiddechanou bemitsvotav vetsivanou al Séfirat HaOmer
Bénis sois-tu, Eternel notre D..., Roi de l'univers, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné de compter le Omer.

soir

Hayom Ticha Assar yamim ché-hem chnéi chavouot ve'hamichah yamim laOmer.
Aujourd'hui dix-neuf jours qui font deux semaines et cinq jours du Omer.

  Hara'hamane hou ya'hazir lanou avodat Beth Hamikdache limékoma biméhéra béyaménou. Amen Sélah.
Que le Miséricordieux nous ramène le service du Temple en sa place, très prochainement. Amen Sélah.
Hayom Yom:
4 Iyar Dix neuvième jour de l'Omer
Il est une coutume juive de ne pas couper les cheveux d'un petit garçon avant l'âge de trois ans.
La première coupe de cheveux de l'enfant est une coutume juive très importante. Elle a, avant tout, pour but d'habituer l'enfant à porter des Péot (à ne pas couper les cheveux des coins de la tête).
Depuis qu'on lui coupe les cheveux et qu'il garde des Péot, on s'efforce de lui faire porter un Talit Katan, de lui faire dire les bénédictions du matin, celles qui suivent le repas et le Chema Israël du coucher.

 

SEMAINE 3 - 5 éme JOUR
Hod de Tiféret
L'Humilité dans la Compassion
L'humilité qui sous-tend la compassion permet d'éviter le travers de l'arrogance et de la prétention. Hod nous aide à réaliser que notre capacité à faire preuve de compassion et de générosité envers autrui ne nous rend pas meilleur que lui; à reconnaître qu'en créant la personne qui requiert notre compassion, D-ieu nous a doté de l'aptitude et du moyen de la lui manifester. Il n'y a donc pas lieu de s'en enorgueillir.
Le fait d'être compatissant éveille-t-il en moi un sentiment de supériorité? Ai-je tendance à mépriser ceux qui sollicitent ma compassion? Suis-je humble et reconnaissant envers D-ieu pour m'avoir offert la possibilité d'éprouver de la compassion envers les autres?
Exercice du jour :
Faites preuve de compassion de façon anonyme, sans en tirer de mérite personnel.

Guide Spirituel par le Rav Simon Jacobson
Projet réalisé grâce à la fondation Matanel