Mise à jour le

Les fêtes juives
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon
www.milah.fr

La Matsah du Rabbi

La ville de New Haven dans le Connecticut se préparait pour Pessa'h. Un Séder communautaire allait être organisé pour les immigrants de Russie, et on avait trouvé un jeune couple également fraîchement arrivé de Russie qui pourrait diriger les opérations et donner les explications nécessaires dans leur langue maternelle.
La veille de Pessa'h, le Rabbi distribuait lui-même des Matsot Chmourot, rondes, faites à la main, et à la cuisson desquelles il avait participé. Des milliers de 'Hassidim faisaient la queue pour recevoir une Matsah ou même plusieurs Matsot pour leur communauté.
Rav Yossef Its'hak Stock, un émissaire du Rabbi à Bridgeport, non loin de New Haven, faisait la queue lui aussi.
Un de ses amis s'approcha alors de lui et lui signala que la voiture supposée emmener le jeune couple à New Haven n'était plus disponible. "Pouvez-vous donc, les emmener jusqu'à Bridgeport et de là on trouvera une autre voiture pour les emmener jusqu'à New Haven?", Rav Stock accepta.
Il raconte ce qui se passa ensuite.
"Le jeune rabbin russe faisait la queue juste devant moi. Il signala en russe au Rabbi, qu'il s'apprêtait à se rendre à New Haven pour y diriger un Séder communautaire pour des Juifs de Russie. Le Rabbi secoua les épaules et se tournant vers moi, me dit en Yiddish: "Je ne comprends pas ce qu'il dit. Est-ce que vous, vous comprenez de quoi il parle?"
"J'étais stupéfait Le Rabbi comprend et parle parfaitement le russe et moi je n'en connais pas un mot!"
Le jeune rabbin répéta, toujours en russe, ce qu'il avait déjà dit (il me raconta par la suite qu'il avait toujours parlé en russe au Rabbi). Le Rabbi le regarda, puis me regarda et le regarda à nouveau "Ah, vous voyagez avec lui!" dit le Rabbi au jeune rabbin "Vous vous rendez à Bridgeport pour diriger un Séder pour des Juifs de Russie!" Le Rabbi lui donna finalement une Matsah en précisant: "C'est pour le Séder à Bridgeport!"
"Le jeune rabbin, étonné, prit la Matsah pour Bridgeport puis en demanda une autre pour New Haven. Le Rabbi hésita puis lui donna avec réticence une Matsah pour New Haven. A moi aussi, le Rabbi donna une Matsah avec une bénédiction pour un "Pessa'h Cachère et joyeux".
Il y avait beaucoup de circulation en direction du Connecticut. Rav Stock et le jeune couple n'arrivèrent que 40 minutes avant le coucher du soleil à Bridgeport Il n'y avait plus le temps d'arriver à New Haven avant l'entrée de la fête Le jeune couple russe devrait passer le Séder à Bridgeport.
Pour les Juifs de Bridgeport c'était une aubaine De nombreuses familles russes s'étaient inscrites pour le Séder communautaire et maintenant il y aurait au moins un rabbin qui pourrait les guider dans leur langue natale. Les paroles du Rabbi se réalisaient dans les moindres détails.
Cependant, à New Haven, non seulement les Juifs de Russie n'avaient pas de rabbin mais, de plus, tous les Juifs de la ville étaient privés de la Matsah du Rabbi! Rav Chalom Ber Lévitine, l'émissaire du Rabbi à New Haven, décida de marcher jusqu'à Bridgeport pour y chercher la Matsah et avoir, au moins pour le second Séder, de la Matsah du Rabbi.
Dès le matin du premier jour de Pessa'h, après l'office, Rav Lévitine se mit en route. Il emportait avec lui pour toute provision, de la Matsah. Il connaissait parfaitement la route, un aller retour de 45 km, mais sans s'en rendre compte, une fois arrivé à Milfort, il se retrouva engagé sur une route inconnue, menant à une destination inconnue. Il avait déjà marché quatre heures et il ne lui restait plus beaucoup de temps jusqu'au coucher du soleil.
Il n'avait donc plus le temps de retrouver la route jusqu'à Bridgeport et de retourner à New Haven pour le second Séder C'est alors qu'il remarqua un grand bâtiment, en fait un hôpital.
Fermement convaincu que, comme il en avait déjà fait l'expérience de nombreuses fois, "D.ieu dirige les pas de l'homme". il décida de s'y rendre pour visiter d'éventuels Juifs hospitalisés. Effectivement, il trouva là-bas une seule dame juive. Il se rendit dans sa chambre et se présenta "Bonjour, je suis le Rav Lévitine, je me demande si vous avez peut-être besoin d'une Matsah"
Pour la femme allongée dans son lit l'apparition d'un rabbin barbu avec un chapeau noir était plus qu'une agréable surprise. En effet, elle lui raconta comment elle avait passé la nuit précédente. "Monsieur le Rabbin, je ne peux croire que vous êtes là! Je passe Pessa'h à l'hôpital. J'avais tellement envie de manger de la Matsah et j'étais si déçue de ne pas en avoir. Toute la nuit j'ai pensé: "C'est la première nuit de Pessa'h et je n'ai pas de Matsah!" J'ai prié Dieu pour qu'Il m'envoie, d'une manière ou d'une autre, un peu de Matsah pour que je puisse célébrer Pessa'h, moi aussi! Et vous voilà, avec de la Matsah!" Heureux de cet accueil, Rav Lévitine souhaita à la femme un prompt rétablissement et une bonne fête et lui laissa la Matsah qu'il avait emportée pour son propre usage
Il refit en sens inverse les quatre heures de route pour New Haven, tout en s'émerveillant de cette mission inattendue. Il arriva juste à temps pour le second Séder à New Haven; malgré sa journée passée à marcher sur les routes du Connecticut il n'avait pas rapporté de la Matsah du Rabbi mais une singulière histoire de Providence divine où D.ieu avait guidé ses pas pour apporter à une malade de la Matsah, quelque part, dans un hôpital.

Esther Altman traduite par Feiga Lubecki

Retour à l'index des fêtes.
Aharon Altabé
www.milah.fr