Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site des fêtes juives

Pourim Spiel à Chipoli

Traduit de Sippourei 'Hassidim, Rav Chlomoh Yossef Zevin

 ..... ..... ... ........   Nous proposons de montrer que la signature lorentzienne de la métrique d'espace-temps (+++-) n'est plus fixe à l'échelle de Planck lp et présente des 'oscillations quantiques' entre les formes lorentzienne et euclidienne (+++±) jusqu'à l'échelle 0 où elle prend la forme euclidienne (+++)  ..... ..... .... .... ... Le Rabbi Tsadik de Chipoli, qu'on appelait le Saba de Chipoli (le "Grand-père" de Chipoli, ou Chpoïler Zeidé) organisait souvent un Pourim Spiel, "jeu de Pourim", au cours duquel était nommé un "Roi de Pourim" ou un "Juge de Pourim", voire un "Rav de Pourim", qui avait ce jour tous les honneurs dus à son titre et prenait toutes décisions auxquelles sa fonction lui donnait le droit … pour la journée.
Comme dans beaucoup de communautés, d'ailleurs.
Mais chez le Saba de Chipoli, ce n'était pas toujours une blague. Les décisions prises ce jour, chez le Rabbi, venaient au secours d'un des membres de la communauté, parfois de la communauté toute entière: annulation d'un jugement, d'un décret, guérison…

Cette année là, Mendel avait des ennuis.
D'origine roumaine, il avait émigré en Russie de longue date, et résidait à Kichinev.
C'est là que le long bras de la justice l'avait rattrapé, et il avait été accusé par un de ses anciens compagnons de Roumanie d'avoir trouvé et gardé pour lui un coffre d'or appartenant au royaume roumain, puis de s'être sauvé en Russie pour jouir paisiblement de son forfait.
Rien n'était vrai, sinon que la haine de son ancien compagnon. Un mandat d'arrêt avait été émis par le gouvernement roumain, pour faire juger Mendel en Roumanie.
Mais la justice russe ne l'entendait pas de cette oreille, pour laquelle cet émigré devenu citoyen russe ne pouvait être jugé qu'en Russie, en présence d'une délégation roumaine.
Averti de la procédure, Mendel s'en fut présenter ses soucis au Saba de Chipoli.
- Ne te fais pas de soucis. Efforce-toi simplement que le procès se tienne le jour de Pourim. N'envoie pas d'avocat, je m'occuperai de t'envoyer moi-même quelqu'un qui plaidera pour toi.
- Et que devrai-je donner à cet avocat?
Le Rabbi expliqua à Mendel qu'il avait actuellement une jeune orpheline à marier, et qu'il avait besoin pour cela de trois cent roubles. En échange de quoi il s'occuperait lui-même de dédommager l'avocat.
Le Rabbi lui recommanda aussi de préparer un pouvoir pour son avocat. Il le reconnaîtrait à son habit, un chapeau blanc et des gants rouges. Mendel versa immédiatement trois cent roubles au Rabbi, qui les consacra immédiatement au mariage de la jeune fille.
Un mois avant Pourim, Mendel reçut une convocation à se présenter au procès avec ses témoins, qui se tiendrait le jour de Pourim.
Mendel le fit savoir au Rabbi par un délégué, chargé également d'apporter au Rabbi une forte somme d'argent à distribuer aux pauvres à l'occasion de Pourim.
Le jour de Pourim, le Rabbi convoqua un "procès de Pourim", où tous devraient se présenter déguisés ou grimés pour l'occasion.
Le Rav de la ville fut nommé Juge, deux érudits étaient les assesseurs. Un autre fut désigné comme le procureur roumain, le visage noirci au charbon, et tous devaient éclater de rire à la moindre de ses paroles.
D'autres figuraient Mendel, ses témoins, le délateur.
Le Rabbi lui-même prit le rôle de l'avocat. Il couvrit son Shtreimel d'un mouchoir blanc, revêtit des gants rouges, et le procès commença à huis clos.
Le Juge Suprême lut l'acte d'accusation, puis le représentant roumain présenta les faits, au milieu d'un chahut d'écolier digne de Pourim.
Le délateur vint ensuite confirmer ses propos, dans le même brouhaha.
Vinrent ensuite les deux témoins de Mendel, qui attestèrent que cet homme était venu demander un prêt à Mendel, qui lui avait refusé, et qu'il l'avait alors menacé par tous les moyens.
La parole fut ensuite donnée à la défense, le Saba de Chipoli.
Dans un discours habile, le Rabbi démonta l'accusation, le personnage même du dénonciateur, les fautes de procédure.
Il rappela qu'aucun des grands journaux roumains ne faisait état de la perte d'un trésor d'état ni même d'une malle précieuse, puis prouva que le droit roumain n'obligeait pas le détenteur d'un bien trouvé à le déclarer, et lui en conférait la pleine propriété.
Lorsque le Rebbe eut fini son discours, le Juge se leva et déclara Mendel innocent de toute charge.
Le procureur roumain fut expulsé manu militari au milieu des quolibets, et partit en courant se débarbouiller pour retrouver la troupe et chanter avec tous les 'Hassidim réunis autour d'une table de fête.
Tard dans la soirée, un télégramme arriva de Kichinev qui annonçait au Rabbi que Mendel avait été acquitté, et prenait la route pour Chipoli.
Quelques jours plus tard, Mendel arriva. Il raconta aux 'Hassidim la journée du procès, et répéta mot à mot le discours brillant de l'avocat aux gants rouges envoyé par le Rabbi.
L'assistance était stupéfaite: c'était exactement les mots du Rabbi lors du simulacre de procès!
Lorsque Mendel fut reçu par le Saba de Chipoli, celui ci lui demanda:
Alors comment était mon avocat?
Un excellent avocat, et tous ont apprécié sa plaidoirie. Surtout que j'en suis sorti innocenté.
Saches que cet avocat est un ange envoyé du ciel. Il a été créé par la bonté que tu as faite à cette orpheline, et il plaidera à nouveau pour toi lorsque tu arriveras au tribunal là haut.
Ainsi est le mérite de la charité dans ce monde et dans le monde de vérité.


Réalisé par Aharon
www.milah.fr