Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Une oreille convaincante

Ceci se passa lors d'une de ces "marches de la mort" au cours desquels les nazis transféraient les prisonniers d'un camp à l'autre pour qu'ils ne puissent être libérés par les forces des Alliés qui avançaient.
Yéhoudah Aryéh Vallès faisait partie d'un de ces groupes de prisonniers, amenés à pied sur des dizaines de kilomètres, sans nourriture ni boisson, surveillés par de cruels soldats qui achevaient ceux qui ne pouvaient plus avancer et parfois tiraient "dans le tas" pour stimuler les survivants.
Les allemands avaient interdit toute tentative de s'alimenter et même de boire dans les cours d'eau ou les flaques d'eau de la route.
Un jour où ils passaient sur un pont, un des officiers du convoi eut une idée démoniaque. Il ordonna à un groupe de prisonniers de descendre jusqu'au fleuve, de rentrer dans l'eau jusqu'aux genoux … mais de ne pas boire d'eau, ni même la toucher..
Epreuve insurmontable pour ces gens qui mourraient de soif au sens simple du terme.
L'officier était sur le pont et répéta sa consigne: celui qui toucherait l'eau serait fusillé sur place. Sans d'ailleurs garantir que les autres seraient laissés en vie.
Malgré cela, beaucoup tentèrent de boire de cette eau fraiche qui coulait à leurs pieds. Où peut être choisirent ils de mourir plutôt que continuer à endurer ces souffrances encore plusieurs jours.
Yéhoudah Aryéh Vallès fut le seul qui résista, et qui survécut à cette épreuve.
Lorsque la guerre fut terminée, les Alliés commencèrent une chasse aux nazis, et particulièrement aux officiers supérieurs qui s'étaient rendus coupables de meurtre.
Vallès se trouvait à Munich lorsqu'il apprit que les Alliés faisaient appel aux anciens détenus pour identifier leurs bourreaux parmi les prisonniers allemands.
Il découvrit sur une liste le nom de l'officier qui avait mené la marche de la mort à laquelle il avait survécu, et témoigna contre lui.
Le procès se déroula dans une salle attenante au camp de détention. Le juge était un officier américain.
Vallès raconta ce terrible voyage et surtout cette cruelle épreuve que l'officier allemand avait infligée aux juifs, et leur fin tragique.
Le juge se tourna vers l'allemand: "est ce que tu reconnais les faits?"
L'allemand, qui savait que Vallès était le seul témoin, nia tout avec assurance. Personne ne pourrait confirmer le témoignage de son accusateur. "Je n'étais pas là bas" confirma-t-il.
Le juge était bien embarrassé, et se tourna vers Vallès "tu es seul à témoigner contre lui, et je ne peux pas le déclarer coupable"
Vallès demanda à se mettre en face de l'accusé et le questionner droit dans les yeux. Ceci permettrait au juge d'apprécier les expressions du visage de l'officier et prendre une décision.
Vallès décrivit encore une fois les évènements de cette journée, en regardant l'allemenad dans les yeux, puis lui demanda: "et tout ça tu le nies?".
Froidement, il répondit que oui.
Vallès fut pris de colère, se jeta sur l'allemand, et le tira par les oreilles avec tant de force qu'une oreille lui resta dans la main…
Il fut immédiatement ceinturé par les gardes américains, et mis aux arrêts, non loin des cellules des allemands. Il se demandait comment cette histoire allait se terminer.
De la fenêtre de sa cellule, il voyait la cour centrale de la prison, au centre de laquelle une potence. A sa grande surprise, il vit qu'on y amenait l'officier allemand, l'oreille bandée, et comment il fut pendu.
Nul besoin de dire combien il fut satisfait de cette punition. Peu de temps après, il fut libéré. Il demanda au commissaire américain: "s'il a été reconnu coupable et pendu, pourquoi ai-je été mis en prison?"
"Chez nous, ça ne se fait pas d'arracher une oreille au tribunal. Mais tu as convaincu le juge. Il est clair qu'un homme ne ferait pas ça sans avoir de très bonnes raisons de le faire"

Cette histoire est racontée par le Rav Yossi Valles (Responsable dans l'organisation Arakhim), fils de Yéhoudah Aryéh Vallès. Son père décrivait cet épisode comme "son Pourim": il avait eu l'oreille d'Haman, Haman avait été pendu sous ses yeux, et son bref emprisonnement lui avait permis d'en être témoin.
Traduit de Si'hat Hachavoua N 1406, Teveth 5774

L'histoire est racontée comme une marche vers Dachau.
De fait les données historiques disent que
Le 26 avril 1945 (…) les Allemands forcèrent plus de 7 000 prisonniers, principalement des Juifs, à quitter le camp dans une marche de la mort de Dachau à Tegernsee, au Sud. Pendant cette marche, les Allemands abattirent tous les prisonniers qui n'étaient plus en mesure de continuer ; beaucoup moururent également de faim, de froid ou d'épuisement. (http://www.ushmm.org/wlc/fr/article.php?ModuleId=240)