Mise à jour le

Le Beth Hamikdach Temple de Jérusalem
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon
www.milah.fr

Pour profiter pleinement de votre visite du Temple sur votre écran, appelez directement à partir de votre navigateur notre site http://zmanim.alliancefr.com/temple/index.html
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem

Rambam a-t-il prié sur le Mont du Temple?

D'après une publication de Meir Loewenberg
http://www.jewishmag.com/169mag/
rambam_temple_mount/rambam_temple_mount.htm

Rambam a-t-il prié sur le Mont du Temple

Rambam (1135-1204) quitte (fuit!) le Maroc en 4925 – 1165).
Il passera près de six mois en Terre Sainte, à Acco, et visitera nombre de lieux saints en Galilée puis quitte Acco en Hechvan 4926 pour se rendre à Jérusalem. Un voyage qu'il qualifie de risqué, compte tenu des restrictions imposées aux Juifs par les Croisés depuis la conquête de 1096.
Dans une lettre citée par le Sefer Haredim, Mitsvah 83 (Rabbi Eléazar Hazikri 1533–1600), il dit avoir prié dans "la Grande et Sainte Maison"

Quelle est donc cette Grande et Sainte Maison?
Pour les uns, il s'agit d'un lieu de prières édifié sur le Mont du Temple, déserté depuis l'occupation chrétienne.
Pour d'autres, ce lieu de prières avait été détruit par les Chrétiens, et Rambam a prié sur le Mont du Temple en un lieu très proche de l'emplacement du Beth Hamikdach.
D'autres enfin excluent que Rambam soit monté sur le Mont du Temple.
1 – Parce que la halakhah (telle qu'elle est comprise actuellement) tend à l'interdire.
2 – Parce que le terme "la Grande et Sainte Maison" ne désigne pas forcément le Temple.
3 -Parce que les Croisés qui interdisaient l'entrée de Jérusalem aux Juifs ne leur permettaient pas de monter sur le Mont du Temple.
4 – Parce qu'on peut se poser des questions sur l'authenticité d'une lettre qui apparait dans un livre plus de 400 ans après avoir été écrite.

Examinons de près ces assertions.

1 – Parce que la halakhah (telle qu'elle est comprise actuellement) tend à l'interdire.
De fait le Rambam écrit dans les "lois de la Maison d'Election, chapitre 7 loi 7
(http://zmanim.alliancefr.com/temple/RBBB07.htm) que l'on peut y rentrer sous certaines conditions de respect dû à la sainteté du lieu:
"Bien que le Temple soit aujourd'hui détruit à cause de nos fautes, on lui doit le même respect que lorsqu'il était construit : on ne pénétrera que dans les endroits où l'on a le droit de pénétrer(117), on ne s'assiéra pas dans la Azarah, et l'on ne se conduira pas avec légèreté face à la Porte Est"
Il pense donc qu'il y a certaines parties du Mont du Temple où il est autorisé d'accéder, même s'il ne nous les situe pas.

2 "La Grande et Sainte Maison" est proposée dans le Traité Meguilah comme pouvant être le Temple, le Palais Royal, la maison d'études ou la synagogue, ou même toute maison à Jérusalem.
Mais le Rambam connaissait le Birkat Hamazon, dans lequel on cite "la Grande et Sainte Maison" comme étant le Temple.

3 Les Croisés qui interdisaient l'entrée de Jérusalem aux Juifs
Après la conquête de Jérusalem, les Croisés interdirent Jérusalem à tous les non chrétiens.
Mais il semble que cette règle ne fut pas appliquée uniformément durant les 87 ans du Royaume de Jérusalem.
A preuve, le fait que Rambam entreprit cette montée à Jérusalem, qu'il qualifiait de dangereuse. Donc faisable.
Benjamin de Tudèle (1130 - 1173 ) fit aussi le voyage, en 1173
et note
http://www.villemagne.net/site_fr/jerusalem-benjamin-de-tudele.php
" À l’opposé de ce lieu, on voit une des murailles du sanctuaire, qu’on nomme aujourd’hui la porte de la Miséricorde, et c’est à l’entrée de cette porte que les juifs viennent faire leurs dévotions devant la muraille"
[Il semble que le Mur Occidental dont parle Benjamin ne soit pas le Kotel Hamaaravi, mais le mur occidental du Temple proprement dit. On notera encore que la Porte de la Miséricorde, ne semble pas être la Porte de la Miséricorde ou Porte Dorée d'ajourd'hui]
Benjamin fait état de la présence de 4 familles juives, teinturiers.
Abraham bar Hiyya Ha-Nassi (1065-1136) écrit après l'arrivée des Croisés qu'ils avaient interdit aux juifs de prier sur le Mont du Temple. Il est possible que le Rambam, des années plus tard, aie pu obtenir une autorisation de rentrer sur le Mont du Temple et d'y prier dans les ruines de ce qui avait été la synagogue à l'époque musulmane.

4 L'authenticité de la lettre du Rambam.
Le livre de Rabbi Eléazar Hazikri (Sefer Haredim) a été écrit en 1600, et imprimé l'année suivante. Aucune mention n'est faite des conditions dans lesquelles cette lettre lui serait parvenue.
Cependant, des spécialistes des écrits du Rambam estiment que la lettre est authentique.
Elle est corroborée par une autre lettre (Yitzhak Shilat, Iggarot Ha-Rambam [Letters of the Rambam], Jerusalem/Maale Adumim, 1995, vol.1, 230.), dans laquelle le Rambam dit avoir prié avec trois membres de sa famille dans "la Maison de D.ieu", même s'il ne précise pas la localisation exacte.

Aharon - www.milah.fr