Mise à jour le

Le Beth Hamikdach Temple de Jérusalem
Un dossier Alliance
Réalisé par A
haron
www.milah.fr
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem

Michné Torah: Hilkhot Melakhim
Lois des Rois et de leurs guerres
Rabbi Moché Ben Maïmon

Chapitre 9

1 le premier homme a reçu six commandements:
L’interdiction de l’idolâtrie.
L’interdiction de blasphémer.
L’interdiction de tuer.
L’interdiction des unions interdites.
L’interdiction du vol.
L’institution d’une loi civile.
Bien que tous ces commandements nous soient enseignés par Moïse notre Maître, et que la logique humaine les approuve, il découle du texte que l’homme en a reçu l'ordre.
Il fut ensuite ordonné à Noé de ne pas consommer la chair coupée d'un animal vivant, comme il est dit: "de la chair qui est en vie, vous ne mangerez pas"(1).
Ainsi était le monde jusqu’à Abraham.
Vint Abraham, qui reçut en plus l’ordre de la circoncision, et institua la prière du matin, puis Isaac qui prélevait la dîme et rajouta une autre prière à la tombée du jour. Jacob eut en plus l’interdiction de consommer du nerf sciatique, et institua la prière du soir.
En Egypte, Amram reçut des commandements supplémentaires, puis vint Moïse à qui la Loi entière fut révélée.
2 Si un Gentil commet un acte d’idolâtrie, il est coupable; ceci s’il a adoré l’idole selon son culte. Tout acte idolâtre pour lequel pour lequel un tribunal d’Israël rend passible de mort(2) peut aussi faire condamner un Gentil. Et tout acte pour lequel un tribunal d’Israël ne peut mettre à mort, un Gentil n’est pas condamnable. Bien qu’il ne soit pas passible de mort, tout culte d’idole lui est interdit. C’est pourquoi on ne le laisse pas élever de tel autel, planter des arbres de culte, ou sculpter des représentations ou faire d’autres actes proches de pratique idolâtre, serait-ce même d’ordre décoratif.
3 Si un Gentil blasphème, que ce soit par le nom de D.ieu de quatre lettres, ou que ce soit par une autre appellation, en quelque langue que ce soit, il est coupable.
4 Si un Gentil a tué, serait-ce même un embryon dans le ventre de sa mère, il est passible de mort. De même s’il a tué un être humain atteint d’une maladie incurable, ou qu’il l’a livré à une bête féroce, ou l’a laissé mourir de faim, de toute façon c’est un meurtre et il est passible de mort.
De même s’il a tué un "assassin potentiel"(3), alors qu’il aurait pu l’immobiliser par un de ses membres, il encourt la mort.
5 Il y a six unions interdites chez les Gentils: la mère, la femme du père, la femme mariée, la sœur de même mère, l’homosexualité et la zoophilie, ainsi qu'il est enseigné(4):
"C’est pourquoi l’homme quittera son père"- pour interdire la femme de son père.
"Sa mère" interdite explicitement.
"Il s’attachera à sa femme"- sa femme et non celle d’un autre.
"A sa femme"- et non à un homme.
"Et ils formeront un même corps"- pour exclure les animaux, les bêtes sauvages et les oiseaux, car ils ne peuvent être une même chair.
Il est dit encore: "Elle est ma sœur par mon père, mais pas par ma mère et elle est devenue ma femme"(5).
6 Un Gentil peut être condamné pour avoir commercé par une fille séduite par son père ou violée par son père(6), car elle est incluse dans l’interdiction de sa propre mère.
Il est condamnable au titre de "la femme de son père" même après la mort de son père.
Il est condamnable pour relation homosexuelle avec un enfant comme avec un adulte, ou pour relation avec un animal, quel qu’en soit l’âge. Lui seul est mis à mort, et non l’animal, car la mise à mort de l’animal n’a été ordonnée que dans le cas d’un Israël.
7 Un Gentil n’est condamné pour relation avec une femme mariée que s’il a cohabité avec elle de la façon naturelle, après qu’elle est connue son mari. Mais pour une fiancée, ou une mariée avant d’être connue par son mari, il n’est pas passible de mort. Ceci comme il est dit: "Et elle est mariée"(7).
De quel cas parle-t-on? C’est lorsqu’un Gentil commerce avec une fille des nations.
Mais si un non-Juif a eu relation avec une femme juive, par la voie naturelle ou non, il sera condamné. Si c’était une jeune fille fiancée, il est puni de lapidation selon la Loi d’Israël; s’il cohabite avec elle après la cérémonie de mariage, avant la consommation du mariage, il est étranglé, selon les lois applicables à un Juif. Mais s’il a cohabité avec une femme une fois acquise à son mari, il est puni comme pour la femme d’un Gentil, et mis à mort par l’épée.
8 Lorsqu’un Gentil a attribué une servante comme femme pour un de ses serviteurs, et qu’il en abuse, il est passible de mort au titre d’adultère.
Mais il n’est condamnable que si la chose s’est répandue au point que les gens disent d’elle "Celle-ci est la femme du serviteur d’Untel".
Comment redevient-elle une femme permise? Quand il l’ôte à son serviteur et l’envoie tête nue dans la rue(8).
A partir de quand la femme qui a été mariée a-t-elle le statut de la femme divorcée de chez nous? Lorsque son mari la renvoie de chez lui et l’abandonne à elle-même ou lorsqu’elle quitte son foyer et s’en va, car ils n’ont pas d’acte écrit de divorce. Cette séparation ne dépend pas que de lui et lorsque lui ou elle désire se séparer, ils se séparent.
9 Les Gentils sont coupables pour tout vol, que ce soit à un non-juif ou à un Israël. Qu’il vole de l’argent (au grand jour) ou qu'il le dérobe, qu'il kidnappe un être vivant, qu’il retienne le salaire d’un employé (ou toute chose semblable), ou même un ouvrier qui mangerait en dehors de son temps de travail(9), sur tout ceci il se rend coupable et il rentre dans la catégorie des voleurs. Il n’en est pas ainsi pour Israël(10).
Ils sont redevables pour un vol même de la valeur de moins d’une Prouta(11).
Si un Gentil a volé "moins d’une Prouta" et qu’un autre vienne lui voler, ils sont tous deux condamnables pour ce vol.
10 Les Gentils sont répréhensibles pour la consommation de membre pris sur un animal vivant, ou de viande prise sur un animal vivant, même en quantité minime, car les mesures minimum(12) n’ont été données qu’à Israël.
Ils peuvent consommer le sang d’un animal vivant.
11 Aussi bien un membre ou la chair séparés d’un animal domestique ou sauvage (les rend coupables). Mais il me semble que pour la volaille, ils ne soient pas punissables au titre de "la chair d’un animal vivant".
12 Lorsqu’on égorge une bête, même après avoir coupé les deux organes vitaux(13), la consommation de membre ou de viande coupée tant que l’animal a des soubresauts est interdite aux Gentils, au titre de la chair d’un animal vivant.
13 Tout ce qui est interdit à Israël en tant que chair d’un animal vivant est interdite aux Gentils. Il y a des cas où ils sont coupables au titre de la chair d’un animal vivant, et non un Israël: car pour eux, les animaux domestiques et sauvages, purs ou impurs, sont visés par l’interdiction des membres ou de la chair d’un animal vivant(14).
De même, la viande détachée d’une bête qui bouge encore, bien que les deux organes vitaux en aient été coupés par un Israël, leur est interdite, en tant que partie d’un animal vivant.
14 En quoi consiste l’obligation d’instituer des tribunaux? Ils sont obligés de nommer dans chaque région de juges et des magistrats, pour juger sur ces six commandements et en instruire le peuple.
Lorsqu’une transgression à cette loi a été commise, ils peuvent prononcer jusqu’à la peine de mort par l’épée.
Pourquoi tous les habitants de Sichem furent-ils condamnés à mort(15)? Parce que Sichem avait enlevé Dinah, eux avaient vu, savaient et ne l’avait pas jugé.
Dans les jugements de Gentils sont acceptés les témoignages d’une seule personne, les témoins de la famille, les témoins n’ayant pas mis en garde le fauteur(16) et les peines prononcées par un seul juge. Toutefois le témoignage d’une femme ne peut les faire condamner à mort, et ils ne sont pas jugés par une femme.


== Notes ================================
1 Genèse 9, 6.
2 Lorsque le tribunal juge un juif ayant commis un acte d'idolâtrie. Voir Lois de l'idolâtrie, chapitre 3.
3 Il s'agit du cas d'un homme qui en poursuit un autre avec l'intention de le tuer. Il revient à tou ttémoin de la scène d'empêcher le crime, en immobilisant "l'assassin potentiel" par une blessure à un der ses membres ou éventuellement par la mort.
4 Genèse 2, 24. "C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et il s’attachera à sa femme et ils formeront un même corps"-
5 Genèse 20, 12.
6 Séduite ou violée par son père à lui.
7 Genèse 20, 3. Ce texte enseigne que Abimelekh était passible de mort pour avoir détourné une femme mariée "connue par son mari".
8 Chez les Gentils, les femmes mariées avaient l'habitude de se couvrir la tête.
9 Il est permis (sous certaines conditions) à un ouvrier de consommer les fruits du sol sur lesquels porte son travail, tant qu'il est au travail. Mais une fois le travail achevé, il n'a plus droit d'en consommer sans permission.
10 Ceci est également interdit à un Israël, non pas au titre de l'interdiction de voler mais par l'interdiction de retenir le salaire d'un employé, l'interdiction de "tu ne mettras pas dans ton panier" pour l'ouvrier agricole. Voir lois sur le salariat.
11 Un sou!
12 La notion de plus petite quantité interdite n’a été donnée qu’à Israël
13 La trachée et l'œsophage.
14 Alors que les enfants d'Israël ne se rendent coupables de cette interdiction que pour un animal pur qu'ils auraient le droit de consommer.
15 Genèse 34.
16 Procédure ne permettant de recevoir le témoignage que d'un homme ayant averti le fauteur de l'interdiction qu'il va commettre et de la gravité de la peine

Aharon - www.milah.fr
aharon#(enlever le #)@milah.fr
Introduction
Chapitre 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - Accueil