Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site des fêtes juives

Le choix d'un chantre

"On veillera à choisir comme officiant pour les Seli'hot et les jours redoutables de Roch Hachana et de Kippour un homme convenable, versé dans l'étude de la Torah et la pratique des Commandements, dans la mesure où il sera possible de le trouver.
On veillera aussi à ce qu'il soit âgé de trente ans et plus, car alors la chaleur de la jeunesse s'est calmée et il est plus enclin à l'humilité; il devra être marié et avoir des enfants, pour qu'il prie de tout son cœur et que ses supplications partent du plus profond de son cœur.
De même, on veillera à choisir celui qui sonne du Choffar et celui qui dicte les sonneries au sonneur, soient des gens de Torah et remplis de la crainte de D.ieu dans la mesure où on peut les trouver"
Abrégé du Choul'han Aroukh, Rav Chlomoh Ganzfried, Chap. 128, 7.

 
Dans une bourgade proche de Premichlian vivait un homme riche, influent et ambitieux. Cette année là, il avait décidé qu'il serait le "Chalia'h Tsibour", le délégué de la communauté chargé de présenter devant D.ieu les prières de l'assemblée durant les Saints jours de Roch Hachana et de Kippour.
Les fidèles ne l'entendaient pas de cette oreille, mais craignaient son courroux devant un refus. On décida de prendre l'avis du Tsaddik Rabbi Méïr de Premichlian. Le Sage répondit aux émissaires venus le consulter que les chantres de ces grands jours avaient l'habitude de se présenter devant lui quelques jours avant Roch Hachana pour recevoir sa bénédiction. Il jugerait donc "sur pièces" notre homme et aviserait.
Peu de temps avant Roch Hachana, les chantres des diverses communautés de la région se présentèrent devant Rabbi Méïr. Il eut un mot, une attention pour chacun d'entre eux, et garda notre bourgeois pour la fin. Lorsque tous furent sortis, il se tourna vers lui.
Sais tu qu'il y a trois "prières"? Les Psaumes du Roi David mentionnent effectivement trois types de prières. "Prière par Moché" (Psaume 90), "Prière par David" (Psaume 17), "Prière par l'indigent" (Psaume 102).
Moïse notre Maître, bien qu'il eut "la langue pesante et la bouche embarrassée" (Exode 4, 10), fut le père de tous les Prophètes et le Maître de tout Israël. C'est à ce titre que sa prière est acceptée.
David, le Chantre d'Israël, sait exprimer les prières du Peuple Juif avec le ton qu'il faut.
Quant au pauvre, il est dénué de tout, a le cœur brisé, et "D.ieu ne dédaigne pas un cœur brisé et abattu" (Psaume 51).
Ces trois niveaux de prières se trouvent également chez un "Chalia'h Tsibour" de nos jours.
L'un ne sait peut être pas chanter, mais il est un Juste dans sa génération. Sa prière est modelée sur celle de Moïse notre Maître et est acceptée comme telle.
Un autre n'est pas un des piliers de sa génération, mais il a une voix et des intonations qu'il met au service de D.ieu, et sa prière, comme celle de David ouvre toutes les portes.
Enfin une troisième sorte de chantre: le pauvre. Ni un Juste, ni un ténor. Du fond de son cœur il interpelle le Créateur, qui ne saurait être insensible à sa détresse.
En ce qui te concerne, tu n'es pas un Tsaddik. Tu n'es pas doté d'une voix particulière, et tu n'es pas pauvre, grâce à D.ieu.
Mais si tu tiens à être le "Chalia'h Tsibour" de ta communauté pour les grands jours, je dois prier pour toi, que tu puisses accéder à une de ces trois qualités que nous venons de voir.
Prier pour que tu deviennes un Tsaddik, c'est peu pensable; pas plus que pour te donner une voix extraordinaire, ce serait une prière en pure perte. Par contre, je peux intercéder au Ciel pour que tu deviennes pauvre. Ainsi tu accéderas à cette grande qualité qu'est la prière du pauvre…"
- Non Rabbi, ce n'est pas la peine, je ne tiens pas à être "Chalia'h Tsibour"…

Traduit et adapté de "Sipouréi Hassidim, Volume "Fêtes", Rav Zevin.

(une traduction du volume "paracha" de cet excellent livre d'histoires hassidiques véridiques est parue en français)

Histoire à rapprocher d'un mot de Rabbi Yossef Its'hak rapporté dans Sefer Hsihot 572 page 96:
<<Celui qui dirige la prière est en position critique: s'il est convenable, il a du mérite et fait mériter les fidèles.
S'il n'est pas convenable, il faute et fait fauter le public.
En général, un "prieur" fait mériter les fidèles, alors qu'un "chanteur" ... >>

Mise à jour le