Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Le Roch Hachanah de Rabbi Yé'hiel

Rabbi Yé'hiel était le gendre du Baal Chem Tov. Né dans une grande famille allemande d'un père aussi riche qu'érudit et craignant D.ieu
Un jour, le père réunit tous ses garçons et leur tint à peu près ce langage: "Je voudrais que chacun de vous parte et cherche sa voie dans le monde de la Torah. Allez où vous voulez, étudiez, enrichissez vous spirituellement. Si un bon parti se présente, une jeune fille craignant D.ieu et de bonne famille, mariez vous. Je vous donne pour cela une somme d'argent qui pourvoira à vos besoins immédiats, et ne vous demande qu'une chose: dans cinq ans, que chacun revienne me montrer ce qu'il a appris..."

C'est ainsi que Rabbi Yé'hiel arriva jusqu'en Pologne, découvrit le Baal Chem Tov et ses enseignements, et épousa sa fille Adèle.
Les cinq ans allaient se terminer, et Rabbi Yé'hiel voulut prendre congé du Baal Chem Tov pour accomplir son engagement et la Mitsvah de respecter son père. Le Saint Rabbi le bénit et lui souhaita bon voyage. Rabbi Yé'hiel émit le souhait d'être de retour pour Roch Hachana, car l'été était déjà bien avancé, mais le Rabbi ne répondit pas. La veille du départ, il réitéra sa demande, sans plus de résultat. Le moment du départ était déjà arrivé, et Rabbi Yé'hiel n'avait toujours pas reçu la bénédiction du Rabbi pour son retour avant Roch Hachana. Il comprit qu'il ne serait pas de retour et ajouta à son maigre baluchon un Choffar.
(... Durant son séjour en Allemagne, Rabbi Yé'hiel eut l'occasion de faire connaître à sa famille les enseignements du Baal Chem Tov, qui étaient une nouveauté pour l'époque, puis il prit le chemin du retour).
Pour son retour, Rabbi Yé'hiel dut prendre le bateau et traverser la mer. A l'époque, point de moteur, point d'hélices: les bateaux étaient à la merci des vents et de Celui qui souffle le vent. Un grand vent emporta le bateau loin des côtes, puis des jours durant, le bateau resta en haute mer, sans la moindre brise. Ce n'est que la veille de Roch Hachana que le bateau accosta dans une île inconnue.
Rabbi Yé'hiel ne fut pas étonné outre mesure, et comprit qu'il aurait à passer les deux jours de la fête, seul Juif au milieu des Gentils qui habitaient l'île. Il trouva rapidement une cabane abandonnée au bord de l'eau dans laquelle il élut domicile ...
Le soleil allait se coucher lorsqu'il commença la prière de Min'ha, non sans s'être immergé dans la mer pour se purifier, puis enchaîna la prière d'Arvit du saint jour. Faut il décrire les prières telles qu'un élève du Baal Chem Tov peut les faire un jour de Roch Hachana? Les villageois n'avaient jamais entendu un tel mélange de cris, de pleurs, de mélodies profondes sortant du fond du coeur. On décida rapidement que ce ne pouvait être qu'un fou, et les badauds firent un attroupement autour de sa cabane.
Au petit matin, il retourna se plonger dans la mer, à défaut de Mikvé, puis commença la prière du matin de Roch Hachana avec des pleurs et des gémissements terribles. Il y avait déjà une grande foule autour de lui lorsqu'il sortit son Choffar et fit retentir avec la plus profonde concentration les sonneries de la fête: Tekiyah, Chevarim, Terouah, Tekiyah ...
Il n'entendit pas la foule éclater de rire: "quelle folie!" se disaient ils.
Moussaf. Sans moins de concentration, d'émotion. Il était tout entier dans sa prière, à évoquer devant D.ieu le Jour du Jugement, demander ses bénédictions matérielles et spirituelles, évoquer le souvenir de nos ancêtres qui firent don d'eux mêmes pour proclamer la Sainteté du D.ieu Unique et le servir, évoquer Sa Royauté sur le monde, les sonneries du Choffar qui accompagnèrent le don de la Torah ... Avec des éclats de voix et des pleurs qui remuaient assurément les anges préposés à recevoir les prières du Peuple Juif en ce saint jour.
L'agitation était à son comble dans l'assistance lorsque le carrosse du roi vint à passer.
"- Qu'est ce donc que cet attroupement?
- ...
- Allez voir!
- Majesté, ce n'est qu'un fou qui gesticule et crie depuis hier soir, et maintenant sonne du cor en pleurant.
- Tiens donc, allons voir."
Le roi fut vite fixé. Sa connaissance des langues et des coutumes diverses des peuples du monde lui fit dire qu'il ne s'agissait pas d'un fou, d'autant que l'aspect de Rabbi Yé'hiel ne pouvait évoquer que la sagesse et la piété.
Il le fit mander, et Rabbi Yé'hiel s'approcha du roi avec respect.
"- Qui es tu, d'où viens tu, que fais tu?"
Rabbi Yé'hiel lui explique qu'il était juif, que la Providence Divine l'avait fait accoster sur cette plage la veille du saint jour de Roch Hachana, et qu'il ne faisait que le culte pratiqué depuis des millénaires par le Peuple Juif en ce jour.
Le roi le pria de venir avec lui au palais pour poursuivre la discussion, mais Rabbi Yé'hiel répondit qu'en ce jour il ne pouvait monter dans le carrosse avec le roi, ni se déplacer jusqu'au palais. Il s'y rendrait le lendemain soir à la nuit tombante. Le ton de Rabbi Yé'hiel et sa franchise plurent au roi, et il laissa son hôte poursuivre ses prières.
Hovat Galout (Tableau de Isaac B. #1970)

Le lendemain soir, le roi eut longuement l'occasion de parler avec Rabbi Yé'hiel. Il apprit beaucoup sur la foi des Juifs, leurs coutumes. Il put prendre la mesure de la sagesse de son hôte sur des sujets aussi variés que la connaissance de la nature, l'histoire des peuples, le commerce ou l'industrie.
"- Yé'hiel, j'aimerais tant que tu m'amènes ici 300 Juifs comme toi pour s'installer dans mon royaume, y prospérer et le faire prospérer!
- Majesté, pour deux raisons je ne pourrai accéder à votre demande. Avant tout, je n'ai pas les pouvoirs d'ordonner ou de contraindre des Juifs à venir habiter votre pays.
Mais plus encore, si la Volonté du Maître du monde était qu'il y ait des Juifs dans votre Royaume, ce n'est pas avec des faveurs et de l'or mais avec des coups et des chaînes au pied qu'Il les aurait fait venir.
S'il n'y a ici aucun juif, c'est que ce n'est pas dans Son projet, et c'est pourquoi il ne m'est pas possible de satisfaire votre demande."
La réponse directe et désintéressée de Rabbi Yé'hiel plut au roi, et il le remercia. Il le fit accompagner jusqu'au terme de son voyage, à Medziboz.
Le Baal Chem Tov l'accueillit avec chaleur, et lui déclara d'emblée:
"- Saches, Rabbi Yé'hiel, que dans cet endroit il y avait beaucoup d'étincelles de sainteté qui attendaient depuis la création du monde qu'un juif vienne les élever. Si tu n'étais pas passé là bas, il aurait fallu que 300 juifs y soient déportés dans les pires conditions. Mais par tes prières sincères de Roch Hachana et ta grande concentration, tu as fais remonter toutes ces parcelles de sainteté jusqu'à leur source divine, et jusqu'à la venue de Machia'h, il n'y aura plus besoin que des juifs se perdent là bas.
(Adapté de Sippouréi 'Hassidim de Rav Chlomoh Yossef Zevin, vol. Moadim)