UN ETROG DU PARADIS

Ceci arriva le premier jour de Souccoth. Pour tous les fidèles réunis dans la synagogue du Rabbi Elimélekh de Lizinsk, il y avait dans l'air une atmosphère de fête.
Tous les yeux se tournèrent vers Rabbi Elimélekh lorsque, se tenant au pupitre, il commença à réciter le Hallel. Ce jour de Souccoth, il y avait quelque chose d'inhabituel dans son comportement. Pourquoi s'arrêtait-il à mi-temps d'agiter l'Etrog et le Loulav comme s'il était essoufflé ?
Pourquoi n'exécutait-il pas l'office comme d'habitude ? Il était évident qu'il était préoccupé par quelque chose, à en juger par l'expression radieuse de son visage.
Dès que les prières furent terminées, Rabbi Elimélekh se précipita à l'endroit où se trouvait son frère Rabbi Zoussia (qui était venu pour passer la fête avec lui) et lui dit : "Viens m'aider à trouver l'Etrog qui parfume toute la synagogue de son parfum de Jardin d'Eden."
Ils allaient d'un fidèle à l'autre jusqu'à ce qu'ils arrivèrent dans un petit coin tranquille de la synagogue où ils trouvèrent un homme absorbé dans ses réflexions.

"Voilà l'Etrog", s'écria Rabbi Elimélekh transporté de joie. "0, mon ami, dis-moi qui tu es et d'où provient ce merveilleux Etrog."
L'homme, plutôt surpris et confus par cette question inattendue, répondit lentement et d'une voix mesurée :
"C'est toute une histoire, cher Rabbin. Voudriez-vous vous asseoir et l'entendre en entier ?"
"Mais oui, certainement, s'empressa de répondre le Rabbin. C'est certainement une histoire qui vaut la peine d'être racontée. "
"Mon nom, c'est ainsi que l'homme au regard calme commença son histoire, mon nom est Ouri et je viens de Strelisk. J'ai toujours considéré "Etrog-Bentchen" (La bénédiction sur l'Etrog) comme ma Mitzvah préférée et bien que je sois pauvre et ne puisse normalement pas me payer un Etrog, ma jeune femme qui est d'accord avec moi sur ce point, s'est engagée comme cuisinière pour m'aider à acquérir l'Etrog. Au point de vue matériel, elle ne dépend pas de moi de sorte que je peux dépenser ce que je gagne pour des choses spirituelles et religieuses. Je travaille comme précepteur dans la ville de Yanov non loin de ma ville natale. J'emploie la moitié de mon salaire pour nos besoins matériels, et j'économise le reste pour m'acheter un Etrog à Lemberg. Afin de ne pas dépenser de l'argent pour le voyage, je fais le chemin à pied.
Cette année, pendant les Dix Jours de Pénitence, je me suis mis en route pour Lemberg à pied comme d'habitude, avec 50 guldens en poche, afin d'acheter un Etrog. En chemin, je passai par une forêt et je m'arrêtai dans une auberge bordant la route pour me reposer. C'était l'heure de Min'ha et je me mis dans un coin pour dire mes prières...
Au milieu du Chmoneh-Esreh, j'entends des gémissements et des soupirs. On aurait dit une personne qui souffrait terriblement. Je m'empressais de finir la prière pour voir ce qui se passait et pour porter assistance. En me tournant, je vis un homme aux traits durs et au regard bizarre, qui était évidemment en détresse. Il était vêtu en paysan et, le fouet à la main, il racontait à l'aubergiste ses soucis et ses difficultés. J'arrivais à démêler de ses phrases confuses, coupées par des sanglots, que l'homme au fouet était un pauvre juif qui gagnait sa vie comme cocher. Il avait une femme et plusieurs enfants et arrivait ~ peine à joindre les deux bouts. Mais quel malheur l Son cheval qui lui était indispensable, s'était écroulé dans le bois, non loin de l'auberge, et il ne pouvait pas le faire lever . Il m'était pénible de voir le désespoir de cet homme et j'ai essayé de lui faire comprendre qu'il existait un Dieu là-haut qui pourrait l'aider, quelles que soient ses difficultés.
Je te vendrai un cheval pour 50 guldens, bien que sa valeur soit au moins de 80 guldens. Je le fais seulement pour t'aider", dit l'aubergiste au cocher.
Je n'ai même pas 50 sous et il me propose un cheval pour 50 guldens " dit l'homme d'un ton amer.
Je me suis dit que je ne pouvais pas garder mon argent pour acheter un Etrog devant une situation si désespérée qui menaçait la vie de cet homme et de toute sa famille. Je m'adressai donc au patron de l'auberge et lui demandai le dernier prix auquel il pouvait vendre le cheval.
L'aubergiste se tourna vers moi tout étonné et me dit :
Si vous pouvez payer comptant 45 gulden, je vous vendrai le cheval à ce prix, mais pas un sou de moins. Je le vends avec perte. "
Je sortis mon porte-monnaie, payait 45 guldens, tandis que le cocher me regardait les yeux étonnés. Il ne pouvait prononcer un mot tant il était heureux. "Vous voyez maintenant que l'Eternel peut aider, même si la situation paraît sans espoir", lui dis-je. Puis, il partit avec l'aubergiste pour atteler le cheval à la voiture qui était restée dans la forêt. Dès qu'ils furent partis, je ramasse mes affaires et disparus pour ne pas être embarrassé par les remerciements du cocher.

Et Finalement, j'arrivai à Lemberg avec 5 guldens dans la poche. Je ne pouvais naturellement m'acheter qu'un Etrog tout ce qu'il y avait d'ordinaire. J'avais pensé dépenser 50 guldens pour mon Etrog, comme je faisais tous les ans, mais comme je vous l'ai raconté, j'avais estimé que les besoins du cocher étaient plus importants que l'achat d'un Etrog d'une qualité supérieure.
Jusqu'à maintenant, mon Etrog était toujours le meilleur de tout Yanov et tout le monde avait l'habitude de venir chez moi pour dire réciter les bénédictions et accomplir la Mitsvah sur cet Etrog. Cette année, j'avais honte de rester à Yanov avec un fruit si ordinaire et ma femme fut d'accord pour que je me rendis à Lizinsk où personne ne me connaissait. "
"Mon cher Rabbi Ouri ", enchaîna Rabbi Elimélekh, votre Etrog est tout à fait exceptionnel. Je comprends maintenant pourquoi il a le parfum du Jardin d'Eden. Permettez-moi de vous raconter la suite de ce récit :"Lorsque le cocher que vous avez sauvé, réalisa sa chance inattendue, il se dit que vous deviez être le Prophète Elie que Dieu avait envoyé sur Terre sous forme humaine pour le tirer d'embarras. Etant arrivé à cette conclusion, le cocher chercha un moyen d'exprimer sa gratitude à Dieu, mais le pauvre homme ne savait pas un seul mot d'hébreu et aucune prière. Il se demandait comment exprimer sa reconnaissance. Subitement, un éclair traversa son esprit. Prenant son fouet, il l'agita dans l'air en s'écriant "0, Père aux Cieux, je suis plein d'amour pour Toi, que puis je faire pour Te prouver mon amour ? Je veux agiter mon fouet comme preuve de mon affection pour Toi". Et le cocher claqua son fouet en fendant l'air par trois fois. Le soir de Yom Kippour, le Tout-Puissant était assis en juge sur son trône pour écouter les premières prières du Jour des Expiations. Rabbi Lévi Its'hak de Berditchev qui était l'avocat des Juifs, était en train de pousser une voiture pleine de Mitzvoth en direction des portes du Ciel, lorsque satan apparut, se mit sur le chemin avec un tas de péchés juifs, barrant ainsi la route au Rabbin. Mon frère, Rabbi Zoussia, et moi l'aidions à pousser la voiture, mais nos efforts étaient inefficaces. Même à trois, nous n'arrivions pas à la faire avancer.
Subitement, l'air fut fendu par le son du claquement d'un fouet et un rayon aveuglant éclaira l'univers entier jusqu'aux cieux. Nous aperçûmes les anges et tous les justes assis en cercle et chantant la louange à Dieu. Lorsqu'ils entendirent les paroles du cocher claquant son fouet, ils dirent : "Heureux le roi qui est ainsi loué!"
Au même instant apparut l'ange Michel conduisant un cheval, suivi par le cocher qui avait le fouet en main. L'ange Michel attela le cheval à la voiture chargée de Mitzvoth et le cocher claqua son fouet. La voiture se mit en marche, écrasant les péchés juifs qui avaient obstrué la route et parvint jusqu'au Trône Divin. Le Roi des rois accepta la charge de la voiture avec grâce et Se levant du Trône du Jugement, Il s'assit sur le Trône de la Miséricorde. Une bonne nouvelle année était assurée.

Et maintenant, cher Rabbi Ouri, dit en conclusion Rabbi Elimélekh, comme vous le voyez, tout cela est arrivé grâce à votre noble action. Retournez chez vous et devenez un chef en Israël, car vous avez prouvé que vous le méritiez. Mais avant de partir, permettez-moi de saisir ce merveilleux Etrog et de louer Dieu avec lui. "