Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
Des Etroguim pour Varsovie

Varsovie, vers 1860.

Les Juifs de Varsovie avaient de bonne raison de se faire du souci. Souccoth approchait, et pas un Etrog en vue.
Et lorsqu'un arrivage fut enfin signalé, ce fut chez un marchand non juif de la ville. Les acheteurs  affluèrent dans sa boutique pour examiner les etroguim, qui s'avérèrent être de la meilleure qualité. Ceci n'échappa pas à notre homme, commerçant avisé. Conscient d'être le seul fournisseur de la ville d'une marchandise incontournable, il doubla purement et simplement les prix, puis les augmenta de jour en jour au fur et à mesure que la fête approchait. Les Juifs seraient bien obligés d'acheter ce curieux fruit pour leur fête, et l'on savait qu'ils ne reculeraient devant aucun sacrifice pour cela!
Inquiets, les Juifs se tournèrent vers Rabbi Its'hak Méïr, le Rabbi  de Gour, qui leur signifia de ne pas s'inquiéter. IL fit venir les vendeurs d'Etrog habituels de la communauté et leur glissa quelques mots. Personne ne comprit cet étrange sourire qu'ils arboraient en sortant du bureau du Rabbi.
Quelques jours plus tard, la veille de la fête, les vitrines et les étals du marché proposaient de beaux etroguim, sortis d'on ne sait où, à des prix encore plus bas que les années précédentes. Empilées dans la rue, des caisses emplies attendaient les acheteurs.
En se rendant à son échoppe, le marchand non juif fut fort surpris. Alors qu'il s'apprêtait à augmenter encore les prix, il réalisa que son stock allait lui rester sur les bras, et même en alignant les prix sur la concurrence, qui sait si les Juifs n'iraient pas plutôt vers leurs marchands habituels plutôt que chez lui...
Il ne lui restait plus qu'à vendre ses etroguim moins cher que les autres, et à le faire savoir rapidement, car ce soir tous ces fruits n'auraient pas plus de valeur que des citrons à vendre au poids.
"Ici on solde les Etroguim!"
Dès l'annonce son magasin fut envahi d'acheteurs, examinant chaque Etrog, comparant, hésitant, discutant longuement des avantages ou des moindres défauts, auxquels notre homme ne comprenait pas grand chose. Le soir il avait écoulé tout son stock, à son grand soulagement.
Apprit il un jour le fin mot de l'histoire?
Sur les conseils du Rabbi, les marchands avaient fait fabriquer de splendides etroguim en bois, habilement sculptés et peints, et fait venir des caisses bourrées de ce chanvre dont on emballait les etroguim, afin d'obliger le marchand à revenir à des prix raisonnables…

Traduit de Otsar Ha'hag, Souccoth
Mena'hem Mandel, Jérusalem 5745