Les fêtes juives
Un dossier Alliance réalisé par Aharon
www.milah.fr
Mise à jour le
Site d'information sur la
Brit Milah, circoncision rituelle juive.
Site des fêtes juives
Calendrier Chabbat et fêtes de l'année
Site du Beth Hamikdach,
le Temple de Jérusalem
La Techouva du vieux gardien

Le Baal Chem Tov demanda un jour à dix de ses disciples de prendre place dans sa charrette. Lorsqu'ils eurent quitté Medziboz, il demanda au cocher de lâcher les rênes et laisser les chevaux les guider.
Les chevaux savaient où ils devaient aller, et l'attelage parcourut routes, champs et collines à une vitesse que seuls les disciples connaissaient.
Lorsque les chevaux s'arrêtèrent, c'était l'heure de Minha.
Après la prière, le Baal Chem Tov signifia que c'était l'heure de manger. Après les bénédictions, le Baal Chem Tov creusa un trou par terre et y versa un peu de Machké (vodka), puis dit "le'haïm"
Devant l'étonnement de ses disciples, le Rabbi leur raconta l'histoire suivante.

Un homme avait une fille unique, et choisit pour elle un époux érudit, qui put s'adonner à l'étude de la Torah sans être importuné par des besoins matériels. Cet homme était un riche commerçant, et rien ne manquait à la maison.
Lorsqu'il quitta ce monde, sa fille et son gendre héritèrent de toute sa fortune. La maîtresse de maison s'occupait de la boutique, comme avant, et lui étudiait, comme avant.
Il y avait dans la région un prêtre dont la vocation était de chercher à convertir les juifs, en particulier les érudits.
Il avait entendu parler de ce jeune homme qui étudiait tout le temps, et décida d'en prendre "soin".
Il devint client de la boutique, où il achetait ce dont il avait besoin … et ce dont il n'avait pas besoin, afin de devenir un "ami" de la commerçante.
Un jour, elle lui confia que son mari était malade.
Le prêtre s'associa à sa peine, et demanda à le visiter.
C'est ainsi qu'ils se rencontrèrent, et discutèrent longuement de sujets variés.
Cet érudit était vraiment un puits de savoir, tant de sujets toraniques que de sujets profanes. Le type de proie que ce prêtre cherchait.
Lorsqu'il tomba à nouveau malade, il lui proposa de venir se reposer dans un de ses domaines tout entier à sa disposition: une demeure vaste, dans un grand parc, de l'air frais, la possibilité de faire venir une servante qui lui cuisinerait tout cacher…
"Et ma seule rétribution sera que j'aurai le plaisir de venir vous voir pour bavarder avec vous"
La proposition fut acceptée, et le prêtre venait tous les jours s'entretenir avec son nouvel ami.
Il soudoya la servante pour qu'elle lui donne de la viande non cachère, et cela lui causa rapidement un aveuglement spirituel, comme écrit dans le chapitre 8 du Tanya. Les paroles doucereuses du prêtre firent le reste: il se convertit et abandonna sa femme.
Par la suite, il épousa la fille du prêtre, reçut une dot plus que conséquente et devint immensément riche.
Il avait acquis un immense verger, pour s'y construire un manoir, et ce verger abritait la cabane d'un vieux gardien.
Un jour qu'il s'y promenait avec sa femme non juive, il entendit des pleurs déchirants venant de la cabane. Emu, il rentra chez le gardien et lui demanda la raison de ces pleurs. Le vieux ne lui répondit pas, et avança toutes sortes de prétextes, pour ne pas répondre.
Il poursuivi sa promenade dans le verger, mais comme les cris du gardien allaient crescendo, il rentra à nouveau dans la cabane et pressa le vieillard de lui répondre.
"Je suis juif, d'entre les Marranes d'Espagne, mais au fond de moi je suis resté attaché à ma religion. Aujourd'hui, c'est pour nous le jour de Kippour, un jour unique de repentir et de pardon, où D.ieu sonde nos cœurs et efface les fautes lorsque nous les regrettons du fond du cœur…"
Le gardien ne savait pas que son interlocuteur était juif, profondément remué par ce qu'il venait de lui dire. Les mots du gardien venaient d'éveiller en lui un souffle de pureté et la volonté de revenir à sa foi.
Le renégat se confia à son tour au gardien, et tous les deux éclatèrent en sanglot.
"Mais je suis étonné de vous voir pleurer! Vous êtes riche, avez tout entre vos mains pour quitter le pays et vivre ouvertement comme un juif!"
(Note: il était interdit d'abjurer l'église, et le faire était un arrêt de mort. C'est pourquoi la seule possibilité était de quitter le pays et partir. La destination était souvent la Hollande où le judaïsme fleurissait sans entraves)
C'est ce que fit notre homme. Il quitta tout pour partir à l'étranger et devint un Baal Techouva.
Sa femme se mit à sa recherche. Elle se souvint qu'il avait dernièrement longuement parlé avec le gardien, et se dit que le gardien devait savoir quelque chose. Elle eut bien des difficultés à le faire parler, avant qu'il ne raconte toute l'histoire.
Impressionnée par la profondeur de cette foi pour laquelle son mari avait abandonné maison, femme, richesse et honneurs, elle prit la décision de se convertir au judaïsme. Elle vendit tout, quitta le pays et se convertit au loin.
Ce fut au tour du vieux gardien de se poser des questions.
"je viens de pousser deux personnes à se rapprocher de la religion de vérité, et moi qu'est-ce que je fais dans tout ça? Jusqu'à quand vais-je rester collé ici dans cette situation bancale? Vrai, je n'ai pas les moyens de m'exiler comme eux, mais je partirai à pied, de village en village et de ville en ville, jusqu'à arriver à un endroit qui convienne à ma vie juive"
Et partit, à travers champs et forêts, mais il était vieux et fatigué et mourut en route. Il fut enterré dans cet endroit même où nous sommes, par des voyageurs.
Arrivé devant le Tribunal Céleste, il y avait des anges qui plaidèrent pour lui: il avait la bonne intention, s'était mis en route pour rejoindre une vie juive authentique, et même s'il n'était pas arrivé à ses fins, il convenait de lui ouvrir les portes de la Sainteté.
D'autres étaient accusateurs, et clamaient que tant qu'il n'avait pas concrètement vécu son judaïsme, il n'y avait pas de place pour lui.
Et son âme erre depuis, sans trouver de repos dans les mondes supérieurs.
Mais avec les prières et les bénédictions que nous avons fait dans ce lieu, le le'Haïm que nous avons échangé, son âme a trouvé réparation, et il vient trouver place à l'endroit qui lui convient.
Que son âme soit jointe à ceux qui retrouveront la vie

Traduit de "Chmouot vesippourim",
Rav Raphaël.Cohen, volume 1, page13