Les fêtes juives

Un dossier Alliance

Réalisé par Aharon

Des Kapparot peu communes

Un vieux disciple de Rabbi Elimekekh de Lizinsk, 'Hassid dans toutes les qualités du terme vint le consulter l'avant veille de Kippour. Avec une seule demande dans la bouche: il voulait assister à la cérémonie des Kapparot du Rabbi.
"- Voici des dizaines d'années que je viens voir le Rabbi, et je n'ai jamais eu l'occasion de voir comment le Rabbi fait ses Kapparot. J'ai tellement envie de voir …
- Mais toi-même, comment fais tu les Kapparot?
- Moi, je suis un juif simple, répondit le 'Hassid. Je prends un coq blanc, selon la coutume, et je suis les indications du livre, pour lire "que ceci soit mon change, …."
- Et bien tu vois, je fais la même chose. Avec une différence, c'est que toi tu cherches un coq blanc, et moi je n'y prête guère attention: blanc, noir, c'est la même chose."
Le 'Hassid insista –comme à l'accoutumée. Il voulait voir les Kapparot telles que le Rabbi les faisait, certain d'assister à un événement hors du commun.
"- Puisque c'est ainsi, je vais te donner un conseil précieux. Va dans tel village, chez tel juif. Tu verras chez lui de belles Kapparot".
Le 'Hassid fit immédiatement préparer son attelage, et partit sur sa charrette vers ledit village.
Il s'enquit de la demeure de cet homme. On le dirigea vers une auberge à l'extrémité du bourg.
Il était près de minuit lorsqu'il poussa la porte d'une salle enfumée où des dizaines de paysans s'agiotaient. Qui buvait, qui chantait, qui jouait aux cartes, qui abreuvait les autres de longs discours.
Il s'assit dans un coin pour voir comment les "belles Kapparot" allaient se passer.
Lorsque le maître de maison s'aperçut de sa présence, il s'approcha de lui pour s'enquérir de ses besoins.
"Pas grand chose, je voudrais juste passer la nuit ici.
Pas de chance, balbutia l'aubergiste. Je n'ai pas de chambre à vous proposer aujourd'hui,. Et de toute façon, vous trouverez dans le village des possibilités plus convenable pour un homme comme vous.
Notre 'Hassid insista pour qu'on le laisse se reposer sur un banc jusqu'au lever du jour puis fit semblant de s'y endormir. Peu de temps après l'aubergiste commença à chasser ses consommateurs récalcitrants. Les uns gentiment, les autres avec force vociférations.
Lorsque l'auberge fut vide, il ouvrit toutes les fenêtres pour en évacuer la fumée, puis s'assit à une des tables.
"Femme, apporte moi le carnet qui est sur l'armoire, dans l'arrière boutique."
Il ouvrit le carnet et commença à énumérer d'une voix brisée toutes les fautes qu'il avait commises durant l'année. "Tel jour, j'ai dépassé le temps de la lecture du Chéma, tel jour j'ai fait ceci, etc."
Lorsque la confession fut terminée, il poussa un long soupir puis éclata en sanglots.
"Maître du Monde, déjà l'an dernier j'ai fait repentance, et j'ai promis de me conduire comme il se doit, et ne pas refaire de fautes devant Toi. Vois quel est mon sort: des fautes, des fautes, des fautes." Il se remit à sangloter de pklus belle.
Au bout d'un certain temps, il demanda à sa femme un autre carnet, dans tel endroit.
"Maître du Monde, tel jour j'ai traversé la forêt et des brigands m'ont rossé et détroussé, tel jour mon enfant est mort, tel jour il m'est arrivé ceci, tel jour…" Il ressortit ainsi tous les malheurs qui l'avaient frappé cette année là, puis se remit à pleurer.
"Maître du Monde, ne T'avais je pas demandé l'an dernier de me donner une année bénie de bonnes choses, de vie, de paix. J'ai cru en Toi et j'ai été sûr qu'il en serait ainsi. Et en fin de compte quel a été mon année? " Un long silence entrecoupé de soupirs.
"On est maintenant la veille de Kippour, et il faut qu'on fasse la paix entre nous. Maître du Monde, oublions nos reproches mutuels. Tu ne me dois plus rien, et je ne te dois plus rien."
Il prit les deux carnets, les ficela ensemble, les fit tournoyer au-dessus de sa tête.
"Ceci est mon change, ceci prend ma place, ceci est mon expiation…"
Puis jeta les cahiers par la fenêtre.
Le 'Hassid avait assisté à tout cela médusé. C'est vrai qu'il venait d'assister à des Kapparot hors du commun. Emu, il quitta discrètement l'auberge et eut longuement le temps de méditer sur la simplicité et la sincérité de l'aubergiste dans ses relations avec le Tout Puissant.
Il arriva peu avant l'aube chez Rabbi Elimekekh, et fut admis immédiatement dans la chambre du Rabbi, qui lui demanda de raconter tout ce qu'il avait vu.
Le Rabbi fut très satisfait de la leçon que son 'Hassid venait de prendre.

(Voir également: http://www.chabad.org/library/article_cdo/aid/87879/jewish/The-Paper-Chicken.htm)

Dates et horaires des fêtes
Site Brit Milah

logo mohel
Site des fêtes