Les fêtes juives
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon


Tou bichvat

Inutile de dire que c'est une Mitsvah d'avoir les mains propres pour manger, mais qu'il faut de plus s'être lavé les mains par Netilat Yadaïm ("ablution des mains") lorsque l'on sort des toilettes, ou que l'on a touché des parties habituellement couvertes de son corps, ou encore que l'on a touché ses chaussures.

Seule l'ablution des mains avant le repas (c'est à dire avant de manger du pain) donne lieu à la récitation de la bénédiction sur l'ablution des mains. Après s'être versé trois fois sur la main droite, puis trois fois sur la main gauche à partir d'un récipient une certaine quantité d'eau qui mouille toute la main (au total à peu près 1 litre) on dira:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam acher kiddechanou bemitsvotav vetsivanou al netilat yadaïm.
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui nous a sanctifiés par Ses Commandements et nous a ordonné de procéder à l'ablution des mains.
Avant de manger du pain, on dira:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Hamotsi le'hem min haarets
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui fait sortir le pain de la terre.
Le repas se terminera par la récitation du Birkat Hamazon.

La consommation des 7 fruits ou céréales mentionnés dans la Torah comme étant fruit de la terre d'Israël commence par une bénédiction particulière, et est suivie d'une bénédiction correspondante.

Pour les aliments à base de blé, d'orge, d'avoine (gâteaux, pâtes, bissli, ...), on dira avant de les consommer:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré minéi mezonot
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée toute sorte de nourritures.
Et après manger, la bénédiction "al hami'hya" (voir livres de prières)

Pour les fruits raisins, dattes olives, grenades, figues,
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré peri haets
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée le fruit de l'arbre.
Et après manger, la bénédiction "al haets" (voir livres de prières)

Pour le vin et jus de raisin:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré peri hagefen
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée le fruit de la vigne.
Et après avoir bu, la bénédiction "al hagefen" (voir livres de prières)

Pour les autres fruits de l'arbre:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré peri haets
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée le fruit de l'arbre.

Pour les fruits poussant au sol:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam
Boré peri haadamah

Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée le fruit de la terre.

Pour le riz:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré minéi mezonot
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, qui crée toute sorte de nourritures.

Pour tous les autres aliments et boissons:
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Chéhakol nihyah bidvaro
Béni sois Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers, par la parole de qui tout existe.

Pour ces quatre dernières catégories, la bénédiction finale est :
Baroukh Ata Ado-naï Elo-hénou Melekh Haolam Boré néfachot rabot ve'hesronam al kol ma chébarata leha'hayot bahem nefech kol 'hay, Baroukh 'Hey haolamim

Pour les fruits nouveaux:

Baroukh Ata Ado-naï élo-hénou mélèkh haolam chéhéíhéyanou vékiyémanou véhiguianou lizmane hazé.

Sur quels fruits nouveaux doit-on faire la bénédiction "Chéhé'héyanou"?
Un fruit qui se récolte une ou deux fois l'an, que ce soit un fruit de l'arbre ou de la terre, qu'il se mange cru ou cuit, même s'il pousse tout seul (comme la figue de Barbarie), on fait la bénédiction Chéhé'héyanou ("Béni sois-Tu, D.ieu, notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, exister et arriver à ce temps-ci"). Nos Sages avaient prévu qu'on dise cette bénédiction déjà en voyant ce fruit nouveau, même si c'est une autre personne qui le mangera, même s'il est encore sur l'arbre, car l'essentiel de la bénédiction dépend de la joie qu'on ressent lorsqu'on voit la nouvelle récolte.
Cependant on a l'habitude de ne faire la bénédiction que lorsqu'on mange le fruit, même un tout petit morceau, même un fruit qui n'est pas entier. Il est préférable d'attendre que le fruit soit mûr. L'habitude (Minhag) des Achkenazimes et des 'Hassidim 'Habad est de dire d'abord "Chéhé'héyanou" et ensuite la bénédiction (Haetz ou Aadama). Si on a déjà fait la bénédiction pour le fruit, on pourra dire Chéhé'héyanou de suite après, comme le font les Sefardimes.
Avec une seule bénédiction de Chéhé'héyanou, on se rend quitte pour plusieurs fruits nouveaux, (même si on ne fait que les voir, et qu'on n'a pas l'intention de les manger immédiatement).
C'est une Mitzva de manger de chaque fruit nouveau et de faire Chéhé'héyanou afin de montrer combien on apprécie l'oeuvre de D.ieu.

Dans quel ordre est il préférable de consommer les fruits?

Concernant les espèces que l'on a l'usage de consommer à Tou Bichvat, la priorité est donnée aux fruits mentionnés dans la Torah comme poussant en Erets Israël.
- Entre ces fruits, l'ordre de priorité est le suivant:
Le blé, mentionné en premier dans le verset
Les olives
L'orge
Les dattes
Le raisin
Les figues
La grenade
- Afin de mémoriser l'ordre de consommation des fruits de l'arbre, souvenons nous que l'olive qui vient en premier a un seul noyau, la datte a un noyau bilobé, "comme deux noyaux", le raisin a trois pépins (de fait, il y en a entre quatre et neuf, mais retenons qu'il a plus de pépins que deux, et moins qu'il n'y a de grains dans une figue...), la figue est pleine de petits grains, et la grenade quant à elle est uniquement de graines (613 selon la tradition) et leur pulpe..

 
Aharon
www.milah.fr