Mise à jour le
Le Beth Hamikdach Temple de Jérusalem
Un dossier Alliance
Réalisé par Aharon
www.milah.fr

Visite du Beth Hamikdach (suite)

Pour profiter pleinement de votre visite du Temple sur votre écran, appelez directement à partir de votre navigateur notre site http://zmanim.alliancefr.com/temple/index.html

Nous cherchons maintenant à localiser l'emplacement du Temple de Salomon sur l'esplanade actuelle des Mosquées.

Le Kotel Maaravi, Mur Occidental, dit Mur des Lamentations est le seul vestige du Temple qui nous soit parvenu au fil des générations. Epargné par les destructions massives de Titus, il semble avoir été oublié durant un certain nombre de générations où les Juifs étaient interdits de séjour à Jérusalem, puis "retrouvé" et identifié comme vestige de la Sainteté de l'endroit.
De nombreux travaux archéologiques ont été entrepris ce dernier siècle pour retrouver les traces de l'antique Jérusalem et du Temple.
Divers chercheurs de renom ou anonymes ont foulé et fouillé le site, retrouvé et identifié certains éléments antiques: profondeur du Mur, portes enfouies et bouchées, arches des passerelles et aqueducs, pierres gravées en grec et en hébreu, soubassements des murailles de l'époque du Premier Temple, ressources hydrologiques. Diverses explorations par des moyens modernes et sophistiqués ont également été menés ces dernières années mais peu de résultats ont été rendus publics. L'administration musulmane des lieux saints, qui se croit propriétaire des lieux saints du judaïsme s'étant opposée à la réalisation d'études archèologiques.
Pour essayer de suivre ces chercheurs et tenter de situer approximativement l'emplacement du Temple, notre démarche commencera par deux points: Les dimensions du Mont du Temple, et la nature du Rocher abrité sous le Dôme de la Mosquée d'Omar par rapport à nos connaissances bibliques.

 

Dimensions
Le Rocher
Deux pierres
Localisation un
Localisation deux
Localisation trois
La preuve par l'eau
La preuve par le bas
La preuve par les Portes
La preuve par le Rocher

Mont du Temple: dimensions
Plusieurs avis ont été émis quant à l'identification exacte du Kotel:
Ce pourrait être le mur ouest du Heikhal, ou le mur de la Cour, ou le 'Heil, ou le rempart du Mont du Temple.
C'est notamment sur l'hypothèse "mur du Heikhal" que certains rabbins ont veillé à ne pas s'approcher du Mur Occidental, par crainte de profaner la Sainteté des Cours jouxtant le Heikhal.
Sa profondeur connue (près de 19 couches de pierres sous le sol actuel) lui confère une hauteur de plus de 40 mètres, qui dépasse largement la hauteur connue du Heil et de l'enceinte de la Cour, qui mesurait au plus 40 coudées, soit au plus 24 mètres.
D'autres arguments convergent pour en faire le rempart du Mont du Temple:
L'esplanade du Mont du Temple reposait sur un sol truffé de labyrinthes, construits pour éviter la propagation de l'impureté éventuelle du sol. Or le Mur occidental repose directement sur la couche de pierre du flanc ouest du massif rocheux, et ne saurait être un des murs intérieurs au rempart du Mont du Temple.
D'autre part, les fondations du mur occidental sont en continuité avec celles du mur sud, qui mesure 302 mètres d'est en ouest, bien plus que les 135 coudées de la largeur des Cours du Temple. Le Mur ne peut donc être que le rempart du Mont du Temple. Il ne faudrait pas le confondre avec le mur occidental des remparts de la ville que Titus n'a pas détruit pour s'en servir aux fins de fortification.
Les travaux de Warren et de Robinson vers 1865 ont permis de "descendre" jusqu'aux fondations du Mur Occidental: alors qu'il surplombe le niveau du sol sur près de 19 mètres, avec 27 couches de pierre dont seules les cinq premières datent de l'époque de David et Salomon, il y a en dessous 19 couches de pierre d'origine soit plus de 25 mètres de profondeur.
Bien d'autres chercheurs de renom ont encore retourné les pierres de Jérusalem depuis cette époque.
Il a été ainsi établi que les murailles sud, ouest et est du Mont du Temple sont construites sur les fondations remontant à l'époque du Premier et du Second Temple. Les fondations de la muraille nord sont par contre plus récentes et semblent dater de l'époque de Hérode qui fit agrandir l'aire du Temple (Flavius Joseph).
Alors que les sources talmudiques reprises par le Rambam décrivent le Mont du Temple comme 500 coudées sur 500 coudées, les archéologues ont relevé une forme à peu près rectangulaire, d'à peu près 302 mètres d'est en ouest sur 482 mètres du nord au sud. Si l'on se base sur les fondations des murs est et ouest qui sont d'époque, il revient que 300 mètres d'est en ouest font 500 coudées soit une coudée de 60 centimètres, en coudées de 6 palmes comme décrit par le Rambam.
D'autres approches de la coudée antique l'estiment à 48 cm, 53 cm, 58 cm, 63 cm, 66 cm… Nous travaillerons pour l'instant sur la base de 60 cm.
La dimension Nord sud du Mont du Temple pourrait s'expliquer par les travaux entrepris par Hérode qui a agrandi l'esplanade du Mont du Temple et reconstruit le Temple lui même. Or ses extensions n'ont pas été réalisées avec l'assentiment d'un Prophète, comme l'exige la Halakha, ni la présence d'un Sanhédrin, décimé par Hérode lui même, ou d'un Grand Prêtre investi de l'Esprit Saint.
C'est pourquoi les sources talmudiques ignorent ces modifications et ne se réfèrent qu'aux dimensions du Second Temple tel que reconstruit au retour de Babel sous la direction d'Ezra, Néhémie, Haggaï, Zacharie et Malachie.

Où se situait le Temple sur cette esplanade?
Prenons quelques repères sur le Mont du Temple. Les textes qui décrivent le Mont du Temple en donnent la dimension totale, 500 coudées sur 500 coudées, mais sont plus vagues sur la disposition du Temple. On sait seulement que l'espace entre le Temple et la muraille était minimum à l'ouest, plus grand au nord, encore plus grand à l'est et maximum au sud. L'ensemble Cour des Femmes - Temple faisant 135 coudées du nord au sud, et 135+187 (322 coudées) d'est en ouest.
Les sages ont émis plusieurs hypothèses:
Pour le Tosse
fot Yom Tov, il restait dans le sens ouest, nord est sud: 100, 115, 68 et 250 coudées. (On vérifiera que 100+322+10+68=500, et 115+135+250=500).
Pour le Chiltéi Guiborim: 63, 100, 105 et 265 coudées. (63+322+10+150=500, 100+135+265=500).
Selon d'autres, l'espace entre le Temple et la Muraille du Mont du Temple était de 45 coudées vers l'ouest, et 261 coudées vers le sud.
Ces mesures vont nous aider à repérer l'Autel.

L'Autel selon les sources:
Rambam, Hilkhot Melakhim, chapitre 5:

12 (…) du mur occidental de l’enceinte jusqu’au mur du Heikhal, 11 coudées ;
la longueur totale du Heikhal, cent coudées ;
du Oulam à l’Autel, 22 coudées ;
l’Autel, 32 coudées ;

Le centre de l'Autel était donc à 11+100+22+32/2 soit 149 coudées de l'enceinte ouest du Heikhal.


13 (…) l’Autel, 32 coudées ; la Rampe, 30 coudées ; entre la Rampe et le mur Sud, 12 coudées et demi.

Le centre de l'Autel était donc à 32/2+30+12.5 soit 58.5 coudées de l'enceinte sud du Heikhal.

Selon le Tossefot Yom Tov, les murailles des parvis se situaient à 100 coudées à l'ouest, 115 au nord, 68 à l'est et 250 au sud des murailles du Mont du Temple.Selon le Chiltéi Guiborim: 63, 100, 105 et 265 coudées. Retenons les distances à partir de l'ouest (Kotel Maaravi) et du sud (Portes de Houlda), en tenant compte d'une coudée à 50 ou 60 cm.

Tosfot Yom Tov

d'ouest à l'autel

149

100

249

coudées

50

124,5

mètres

d'ouest à l'autel

149

100

249

coudées

60

149,4

mètres

du sud vers l'autel

58,5

250

308,5

coudées

50

154,25

mètres

du sud vers l'autel

58,5

250

308,5

coudées

60

185,1

mètres

Chiltei Guiborim

d'ouest à l'autel

149

63

212

coudées

50

106

mètres

d'ouest à l'autel

149

63

212

coudées

60

127,2

mètres

du sud vers l'autel

58,5

265

323,5

coudées

50

161,75

mètres

du sud vers l'autel

58,5

265

323,5

coudées

60

194,1

mètres

ou encore

d'ouest à l'autel

149

45

194

coudées

50

97

mètres

d'ouest à l'autel

149

45

194

coudées

60

116,4

mètres

Selon les approximations de nos Sages, le centre de l'Autel se trouverait donc de 97 à 150 mètres à partir de la muraille ouest du Mont du Temple, et de 155 à 200 mètres à partir de la muraille sud du Mont du Temple. Il convient de souligner qu'il s'agit de projections, et non de mesures impératives. Il est d'ailleurs à souligner que Maïmonide a évité de donner des mesures précises sur la position du Temple.

Le Rocher

Le second point de repère incontournable sur le Mont du Temple est la pierre abritée sous le Dôme construit en 691, connu sous le nom de Mosquée d'Omar. Et qu'il faudra identifier par rapport aux données historiques de notre passé. Certains archéologues sussurent que c'était un lieu de prières pour les juifs, tant que les Musulmans supportèren tleur présence.
Il s'agit d'un rocher de 17 mètres d'est en ouest sur 13 mètres du nord au sud, qui émerge du sol en pente douce pour culminer à 1.2 mètres au-dessus du dallage de la Mosquée.
Outre une grotte souterraine, il semble porter sur sa surface des traces de taille ou de travail de la main de l'homme. Sa grotte à laquelle on accède par des marches fait 7 mètres sur 7 mètres et porte en son centre une dalle épaisse qui sonne creux. Nul ne sait ce qui se trouve en dessous, pas même les archéologues anglais qui une nuit de 1911 ont essayé en vain de détruire la dalle avant de prendre la poudre d'escampette au petit matin. Ce rocher se trouve à 104 mètres (163 coudées) de la muraille ouest du Mont du Temple, à 310 coudées de la muraille est, et à 240 mètres (405 coudées) du mur sud. Selon les relevés topographiques, ce rocher culmine à 744 mètres au dessus du niveau de la mer.
Nos Sages notent deux endroits remarquables sur le Mont du Temple.
L'un, l'emplacement de l'Autel, est l'endroit sur lequel Avraham s'apprêtait à sacrifier Isaac. (Gen. 22,2). Ecoutons Maïmonide (Lois de la Maison d'Election, chapitre2):

"1 L’Autel a un emplacement extrêmement précis, et on ne doit jamais le changer, ainsi qu’il est dit " ceci est l’Autel pour les holocaustes d’Israël".
C’est sur l’emplacement du Temple que Isaac notre père fut mis sur l’Autel, ainsi qu’il est dit " pars vers le pays de Moriah", et il est dit dans les Chroniques " Salomon commença à construire la maison de D.ieu à Jérusalem, sur la montagne de Moriah, au lieu qui avait été révélé à David son père, et que David avait préparé, à l’emplacement de la grange d’Arnon le Jébuséen".
2 C’est une tradition acceptée par tous que l’endroit même où David puis Salomon placèrent l’Autel, la grange de Aravnah, est à l’emplacement de l’Autel construit par Abraham pour y sacrifier Isaac, et aussi le lieu où Noé construisit un autel en sortant de l’Arche, l’autel même où Caïn et Abel apportèrent leur offrande, le lieu où Adam fit une offrande après avoir été créé, et c’est de cet endroit là qu’il fut créé. Nos Sages ont enseigné : " l’homme fut créé de l’endroit où il trouverait son pardon".

L'autre qui se trouvait au milieu du Saint des Saints est un rocher dit Even Hachetiyah, Pierre de Fondation, à partir de laquelle le monde fut créé.
Le rocher d'Omar est il l'un de ces deux endroits?
Il n'est pas facile de l'affirmer, car Rambam nous a mis en garde lorsqu'il énonce qu'il a fallu la présence et le témoignage de trois Prophètes pour que le Second Temple soit reconstruit: (Beth Habe'hirah, 2,4)

"Trois Prophètes revinrent avec eux de l’exil ('Haggaï, Zechariah et Malachie). L’un témoigna sur l’exactitude de l’emplacement de l’Autel, l’un sur ses dimensions, l’un témoigna que l’on pouvait apporter sur cet Autel tous les sacrifices, même si le Temple n’était pas construit. "

Or s'il était si facile de repérer les lieux avec certitude, on n'aurait pas eu besoin ni du premier, ni du deuxième…
Plusieurs avis ont été émis, tant par des simples visiteurs explorateurs des lieux au cours de l'histoire juive, que par d'éminents spécialistes, compétents par leurs connaissances rabbiniques ou archéologiques.
Une première idée voudrait faire de ce rocher l'emplacement de Even Hachetiyah, dite Pierre de Fondation, qui se situait dans le Saint des Saints.
Cette opinion apparaît pour une des premières fois dans le récit de Benjamin de Tudèle (vers 1165): "et il y a là bas la "Maison du Seigneur" qui était l'emplacement du Temple, et Omar Ibn Kattab y a construit un dôme très joli".
Rabbi Obadia de Bartenora écrit de même lors de sa visite (vers 1490): "j'ai cherché à situer Even Hachetiyah, là où l'Arche Sainte était posée, et beaucoup m'ont dit qu'elle se trouve sous un dôme très élevé et splendide que les Ismaélites ont construit dans le Temple".
Le RadBaz (Rabbi David Ben Zimra 16ème siècle) écrit de même que Even Hachetiyah se trouve sous le dôme de la Mosquée construite par Omar.
Il est à noter que cette tradition n'est jamais rapportée de source juive mais reçue des Musulmans de Jérusalem. Or leurs sources écrites, (si tant est qu'elles nous soient crédibles), et notamment le Coran font ils allusion au repérage du Rocher de la Mosquée comme étant le lieu du Beth Hamikdach? Nul doute que s'ils en avaient eu la tradition de première main, leurs auteurs y auraient fait allusion. Si c'est le cas, quelle crédibilité pourrions nous y accorder, s'agissant de témoignages consignés plus de 600 ans après la destruction du Temple?
De plus, le positionnement admis par le Radbaz de Even Hachetiyah sous le Dôme ne colle pas avec la suite de sa lettre où il cite le mur Occidental comme mur occidental de la Cour: il devait donc se trouver quelques 38 coudées de l'extérieur du Mur au centre de la pierre, là où nous en mesurons près de 170 (104 mètres!). La même contradiction se trouve dans son assimilation de la muraille sud de l'esplanade actuelle au mur sud de la cour, car il y a près de 240 mètres du centre de la pierre à la muraille actuelle, là où les dimensions enseignées par les textes seraient de 67.5 coudées soit moins de 40 mètres.

La seconde hypothèse voudrait placer le Rocher d'Omar comme rocher sur lequel l'autel était construit, rejoignant la tradition que la pierre sur laquelle Jacob a fait son fameux songe servit par la suite de fondation à l'autel construit par David et Salomon..
Pour: le fait que la grotte sous et dans le rocher puisse correspondre aux "Chittin" cuve de décantation située sous le flanc ouest de l'Autel, à laquelle on accédait par une trappe et qui permettait au vin des libations de s'écouler vers le Kidron, cours d'eau qui émergeait en contre bas du Mont du Temple.
Or le Rocher d'Omar se trouve à 104 mètres (163 coudées) de la muraille ouest et il se trouve à 240 mètres (405 coudées) de la muraille sud, alors que les estimations de nos Sages situent le centre de l'Autel entre 155 et 200 mètres de la muraille sud du Mont du Temple. Il semble peu que l'autel puisse être localisé sur cette pierre.
D'autant qu'il nous faudrait alors positionner la Pierre de Fondation, dont nous savons qu'elle était le point le plus haut de l'aire consacrée du Mont du Temple à quelques 12 coudées, 6 mètres au dessus des fondations de l'Autel.
Exit l'idée que le rocher d'Omar puisse être la pierre située sous l'autel.

Une troisième hypothèse, remarquablement iconoclaste de prime abord rejette le Rocher d'Omar au rang des détails géologiques et va chercher le Temple dans l'esplanade non construite qui s'étend entre les deux Mosquées.

La preuve par l'eau (La preuve par le haut)
Les travaux menés depuis près d'un siècle ont prouvé que le niveau actuel de l'esplanade de la Mosquée affleure le rocher sous jacent.
Par contre, les espaces s'étendant vers le sud, c'est à dire l'espace vide qui est en regard du Kotel et la partie du Mont du Temple où est bâtie la Mosquée El Aksa sont 16 à 20 mètres au dessus du sol rocheux, et comblés de terres et de débris divers.
Or des sources talmudiques nous enseignent que pour laver les Cours, après le boom de la veille de Pessa'h, les Cohanim ouvraient le regard sur le cours d'eau souterrain et en bouchaient la sortie: l'eau montait naturellement et rinçait le dallage des Cours.
Le même cours d'eau alimentait le Mikvé du Cohen Gadol situé sur le dessus de la Loge de Parva, c'est à dire sur le toit de la Porte de l'Eau: Le Talmud atteste que la source était 23 coudées plus élevée que le sol de la Cour.
Rachi, Professeur de Physique et d'Hydrologie à l'Académie Talmudique de Troyes vers 1100, note "20 coudées de la hauteur de la Porte et 3 coudées de la profondeur de la cuve, car il n'est pas possible à l'eau de s'élever plus haut que la source dont elle jaillit".
La source d'eau alimentant le Temple, les Cours et le Mikvé, Ein Item, est localisée aux "Piscines de Salomon" qui se trouvent près de Beth Le'hem. Elle était encore en service à l'époque de la domination turque. Canalisée en pente très douce vers Jérusalem, elle traverse le Quarter Juif de la Vieille Ville et pénètrait sur le Mont du Temple par l'Arc de Wilson. Il en existe des vestiges dans le quartier juif et au pied du Mur. L'aqueduc a été redécouvert en 2010 http://www.inn.co.il/News/News.aspx/204180)
Or l'émergence de cette source est située 5 mètres sous le niveau actuel de l'esplanade. Ceci semble exclure que le Beth Hamikdach ait été construit sur l'emplacement où se trouve le rocher abrité par la Mosquée, car l'adduction d'eau n'y aurait pas été possible.
Une telle architecture ne se conçoit que si le Beth Hamikdach était construit en dessous du niveau actuel de l'esplanade, sous cette masse de terre, au sud de la Mosquée d'Omar, là où les enseignements des Sages l'ont effectivement positionné.
Le Beth Hamikdach serait alors situé face au segment du Mur Occidental où nous prions, dans une partie non bâtie de l'esplanade des Mosquées. Ceci concorde avec un avis émis par un élève de Rabbi Its'hak Louria à propos d'un passage du Zohar, qui, citant son Maître établit que l'emplacement du Temple est resté en friche depuis sa destruction, sans aucune construction. Or Rabbi Its'hak Louria ne pouvait ignorer l'emplacement de la Mosquée d'Omar.

La preuve par le bas
Ces dernières années, des examens du terrain du Mont du Temple ont montré que l'aire qui s'étend entre la Mosquée d'Omar et El Aksa était truffée de cavités: examens par des techniques infra rouges, examens électromagnétiques. Ces travaux ne viennent à vrai dire que confirmer ce qui était connu de longue date:
Les habitants de Jérusalem au siècle précédant savaient que la meilleure eau puisée dans la ville provenait des citernes du Mont du Temple. Depuis plus d'un siècle, ces citernes ont été explorées méthodiquement et professionnellement. Les puits et citernes de la partie nord de l'esplanade sont pour la plupart petits, ronds, réguliers, construits selon des procédés habituels aux réserves d'eau.
Les citernes de la partie sud sont elles irrégulières, démesurées. Elles mesurent toutes 16 mètres de profondeur. Tout semble montrer qu'elles n'ont pas été construites pour contenir de l'eau: certains puits ont une voûte décorée; d'autres occupent un couloir muré, comme par exemple cette citerne qui aboutit sur la Porte de Barclay, murée, profondément sous la Porte des Mograbi du Mur Occidental, et d'autres encore. En bref, on peut raisonnablement penser que ces citernes occupent les vestiges d'une construction détruite et enfouie par le temps. Et que dire lorsqu'on relit la Michnah: "le Mont du Temple et les Cours étaient bâtis sur des espaces vides pour éviter la propagation de l'impureté."

La preuve par les Portes
Certaines des Portes de la muraille du Mont du Temple se trouvent encore à leur emplacement d'antan. La ou les Portes de 'Houlda, dite Porte Double, sur le versant sud, et la Porte de Kiponos, actuellement Porte de Barclay. Les textes nous enseignent que des portes de la colline du Temple on accédait de plain-pied sur l'esplanade, sans monter de marche. C'est seulement à l'approche des Cours que se trouvaient des marches entre l'esplanade et la Cour des Femmes, puis vers la Cour des Israélites, de nouvelles marches pour accéder à la Cour des prêtres, et enfin au Heikhal.

Rambam Lois de la Maison d'Election, Chapitre 6:
1
Le Temple n’était pas construit sur un terrain plat, mais par degrés successifs à flanc de montagne.
En entrant par la Porte Est du Mont du Temple, on traversait à plat jusqu’à l’extrémité du ‘Heil, puis l’on montait du ‘Heil jusqu’à la Cour des Femmes par 12 marches. La hauteur de chaque marche était d’une demi-coudée, et sa profondeur une demi-coudée.
2 On parcourait à plat toute la Cour des Femmes, puis on montait vers la Cour d’Israël qui est le début de la Azarah par 15 marches. La hauteur de chaque marche était d’une demi-coudée, et sa profondeur une demi-coudée.
3 On traversait toute la Cour d’Israël à plat puis on montait vers la Cour des Cohanim par une marche d’une coudée de hauteur, sur laquelle se trouvait une tribune haute de trois marches, chacune d’une demi-coudée de hauteur et profonde d’une demi-coudée.
La Cour des Cohanim était donc surélevée de deux coudées et demi par rapport à la Cour d’Israël.
4 Toute la cour des Cohanim était d’un même niveau avec l’Autel et l’espace entre l’Autel et le Oulam, puis on montait vers le Oulam par 12 marches, chacune d’une demi-coudée de hauteur et une demi-coudée de profondeur.
Le Oulam et le Heikhal étaient à la même hauteur.
5 De cette façon, le plancher du Heikhal était surélevé par rapport à la base de la Porte Est
(Chouchan) de 22 coudées. L’ouverture de cette porte faisait 20 coudées de hauteur, (…)

Si l'on considère la position de ces portes par rapport au niveau actuel de l'esplanade, il est clair que le Heikhal ne pouvait être bâti là où se trouve la Mosquée mais en contrebas d'à peu près 16 mètres…
Une autre considération liée aux portes du Mont du Temple est apportée par Rabbi Astouri Farhi, (5082-1322). Il fut l'un des premiers Sages Juifs à explorer méthodiquement la Terre d’Israël. Il note dans son livre, (Kaftor VaPéra'h, chapitre 6) une description de l'emplacement de la Porte de Chouchan, sur la muraille ouest. Rappelons nous que cette porte était située dans l'axe médian Even hachetiyah/ Oulam/ Porte de Nicanor/ Entrée de la Cour des Femmes, au point que c'est dans cet axe que le Cohen qui offrait la Vache Rousse sur le Mont des Oliviers apercevait les portes du Oulam.

"Aujourd'hui encore on peut repérer l'emplacement de la Porte de Suze. Elle est obstruée par des pierres de taille. Tu la trouveras dans le premier tiers de la longueur du mur à partir de l'angle sud est".

Il ne peut donc s'agir que d'une porte située dans la partie sud du Mont du Temple, donc en regard de l'espace qui s'étend de la Mosquée d'Omar à la Mosquée d'El Aksa.

La preuve par le Rocher
Le Talmud enseigne qu'une citadelle dominait le Temple. Les Hasmonéens l'avaient construite dans le coin nord est du Mont du Temple pour assurer la protection du Mont du Temple. Hérode l'avait considérablement fortifiée, mais ce n'était déjà plus avec les mêmes bonnes intentions, et elle portait à son époque le nom de Citadelle Antonia. Flavius Joseph, qui était un connaisseur en fortifications la décrit avec moult détails. Retenons qu'elle "était construite sur un pic rocher abrupt de tous les côtés, haut de 50 coudées."
Un bref examen des lieux semble confirmer que le point culminant de toute l'esplanade actuelle est le rocher abrité sous le Dôme d'Omar.
De là à penser que le Rocher est l'emplacement de cette forteresse il n'y a qu'un pas.
Pour nous aider à le franchir, relisons plus en avant Flavius Joseph:
- "un tunnel menait de la citadelle jusqu'au Temple". Il semblerait que la citerne n°5 corresponde à cette description.
- "de la citadelle, un tunnel menait à la muraille nord". La citerne n°1 semble là encore répondre à cette définition.
Ces deux citernes sont rectilignes et obstruées à mi-chemin par des murs de petites pierres qui ne sont pas d'origine. Voir le plan des citernes.

Tout ceci contribue à nous faire penser que le Temple de Jérusalem ne se trouve peut être pas autour du Rocher mais bien derrière le Mur Occidental. Ce n'est pas pour rien que de toute la longueur de ce mur, nos ancêtres aient choisi cette portion là pour y adresser leurs prières au D.ieu Tout Puissant pour lui demander de rétablir Sa Présence à Sion et y ramener Son Peuple sous l'égide du fils de David.

Nous nous sommes basés pour cette étude sur divers ouvrages, dont Beth Hamikdach Hachéni, et Beth Hamikdach Hachelichi du Rav Chalom Dov Steinberg, Encyclopédie du Michkan de Chaoul Shefer.
Ces diverses données sont étayées par des études de spécialistes, dont Touvia Sagiv, publiées sur le site http://www.templemount.org/ . Elles ont été approfondies suite à des études basées sur l'étude du rayonnement infra rouge émanant du sol, le sondage par radar à pénétration profonde, l'étude des champs magnétiques et la réflexion d'ondes sismiques.

 

Aharon - www.milah.fr